Sevrage de nuit, très peu pour nous

L’allaitement est souvent tenu responsable des mauvaises nuits des bébés… Quelle maman allaitante n’a pas entendu au moins une fois : « Ah il ne fait toujours pas ses nuits… mais c’est normal tu l’allaites encore! » ou d’autres remarques pas très bienveillantes…

On entend aussi, de la part du corps médical que passé 6 mois, un bébé n’a plus besoin de se nourrir la nuit, qu’il faut donc entamer le sevrage de nuit…

Personnellement, ça me laisse perplexe. Certes, mon Girafon du haut de ses 15 mois ne fait toujours pas des nuits complètes, même s’il y a du mieux, mais pour autant, je n’ai jamais songé à le sevrer la nuit. Ca me paraît trop difficile, trop contraignant.

Je pense qu’effectivement il ne se nourrit pas la nuit, il tétouille pour se rassurer, se rendormir… et alors? Je ne vois vraiment pas où est le souci. Certains enfants auront besoin d’une sucette, d’un doudou, d’une berceuse… Lui c’est son néné. Ca va vite, c’est pratique et tout le monde se rendort.

Je suis persuadée que l’allaitement n’a rien à voir avec les réveils nocturnes tardifs… Les expériences d’autres mamans non allaitantes me confortent dans cette idée.

Alors, je peux comprendre qu’on veuille initier un sevrage de nuit, car on en a marre, que ça ne nous convient plus, qu’on trouve ça trop contraignant, je le conçois tout à fait. Mais le faire pour que bébé fasse ses nuits, est selon moi une mauvaise raison! Car bébé sevré la nuit continuera peut-être de se réveiller!

Il y a des tas de pays , de cultures où on allaite longtemps et sans se poser autant de questions… On ne se demande pas si bébé fait ses nuits, on donne le sein pour nourrir, pour rassurer, pour endormir, on pratique le cododo… Chez nous, c’est bien moins ancré dans notre culture. On pense que ça rend les enfants dépendants de nous, on est plein de préjugés et d’idées préconçues.

De mon côté, je ne vis pas mal cette situation, malgré ma grande fatigue. C’est peut-être tomber dans la facilité, mais ça me va bien. Il se réveille, trouve le sein et en 10 secondes est rendormi… Tellement easy!

Alors, voilà… le sevrage de nuit, très peu pour nous… Désormais j’envisage un sevrage naturel, de nuit comme de jour!

Et vous? Qu’en pensez-vous? 

***

Tous les jeudis, ou presque, ça parle éducation chez les Wondermômes, c’était ma participation à ce rendez-vous!

Et ça parle éducation aussi chez… Wondermômes, Vivi, PapaBlogueur et Lauréa.

Maud
Suivez-moi!
Les derniers articles par Maud (tout voir)

22 thoughts on “Sevrage de nuit, très peu pour nous

  1. Je pense, sans aucune preuve scientifique, que le cododo est probablement plus à même d’expliquer les réveils nocturnes que l’allaitement. (Ce n’est pas la seule raison, mais probablement une des raisons.)
    Je pense que les bébés ont souvent des micros réveils ou des phases de sommeil léger ou un bruit/un mouvement des parents peut les réveiller. Si on cododote et allaite, il faut moins de 10 secondes à un enfant pour aller téter le sein. C’est facile pour lui et pour la maman.
    Si le bébé est dans un lit séparé voir dans une chambre séparée, il a plus de chances d’utiliser les 30 secondes qu’il faudra à ses parents pour se rendormir seul sans avoir besoin d’intervention extérieur.

    Mais ca ne vaut bien sur que si le bébé n’a pas faim, n’est pas malade et sait se rendormir sans téter.
    Nous avons essayer d’apprendre à notre bébé vers ses 9-10 mois à s’endormir seul, sans bib et pas dans nos bras. (parce qu’on a vu qu’il n’arrivait plus à faire des siestes de plus de 10-20 min d’affilée, se réveillait en hurlant, malheureux et fatigué et on avait de plus en plus de mal à l’apaiser). On l’a accompagné, ca a pris du temps (car on ne voulait pas le laisser pleurer) mais il est passé en 2 mois d’une sieste de 10-20 min à 1h30 sans réveil. On a retrouvé un bébé heureux, reposé et souriant.
    Je pense qu’on pourrait imaginer un système similaire pour apprendre à bébé à dormir la nuit sans téter. (A condition que le bébé n’ait plus besoin de manger la nuit !). Une amie, dont le fils ne pouvait/voulait pas dormir seul, a par exemple laissé son fils et le papa en cododo dans la chambre pendant qu’elle dormait dans le salon. Lors des réveils du petit elle les rejoignait pour le faire téter mais ca donnait au bébé quelques secondes pour se rendormir seul. Au bout de 2 semaines, il ne se réveillait plus la nuit. Ils ont continué le cododo, avec le bébé contre papa ou contre maman une nuit sur 2 (comme il gigote beaucoup, ils ont une bonne nuit un jour sur 2 !)

    Ses idées ne sont pas universelles et ce qui a marché pour mon bébé ne marchera pas forcément pour celui de quelqu’un d’autre ni même pour un deuxième ou troisième bébé « à moi ».
    Il faut aussi choisir entre se réveiller quelques secondes toutes les nuits pendants X mois ou avoir 1-3 mois plus compliqué pour les parents avant de voir du mieux. (Et savoir que ca ne marchera pas forcément et qu’il y aura probablement des « rechutes »). C’est à la famille de voir ce qu’elle veut faire.

    1. Oui, il est possible que le cododo puisse accentuer le nombre et la fréquence des réveils nocturnes… Mon expérience de maman ne me le montre pas, mais ce n’est pas impossible 🙂 Pour mon fils, maintenant que nous avons le recul, le diagnostic d’autisme, que l’on sait qu’il fait de l’hyperacousie, ces nuits aux innombrables réveils et ses siestes inexistantes ne nous semblent plus si « anormales ». Quand il était petit, je me rassurais comme je pouvais et j’avais une amie dont les enfants avaient quelques mois de plus, et se réveillaient autant que lui, jusqu’à plus de 2 ans comme lui, alors qu’ils n’étaient ni en cododo, ni allaité. Alors je me disais que finalement, il n’y a pas vraiment de cause. Que c’était ainsi et qu’il fallait essayer de vivre avec. Personnellement, je n’aurais jamais eu ni l’énergie ni le mental (ni l’aide de mon mari…) pour gérer un « apprentissage » du sommeil 🙂
      Et puis ma fille est arrivée et elle dormait parfaitement bien, faisait des siestes alors qu’elle était aussi en cododo et endormie au sein. J’ai donc pris réellement conscience qu’il n’y a aucune universalité. Et finalement, il n’y a pas de mauvais choix, on fait ceux qui nous semblent les plus justes et les plus adaptés, rien n’est figé, on peut changer d’avis et c’est ok, ou ne pas le faire et c’est tout aussi ok 🙂

  2. Bonsoir;
    Le raisonnement « mon bébé a continué à se réveiller après le sevrage nocturne donc c’est pas la cause » est fallacieux. Ce n’est pas parce que ça n’a pas marché pour un enfant, que ça ne marchera pas pour un autre. D’autre part, ce n’est pas parce que vous n’avez pas encore atteint le résultat souhaité que celui ci ne sera pas atteint. Je ne prétends pas que c’est la solution à ce problème, je n’en sais pas plus; en revanche dire le contraire est une affirmation qui n’est pas démontrable avec vos arguments.

    Moi je suis en plein dans cette démarche, et c’est super chiant; pire qu’avant. Toutefois, je le vois comme un processus :
    -Etape 1 : sevrage nocturne : libération de la maman.
    -Etape 2 : partage de la gestion du sommeil avec moi (papa);
    -Etape 3 : on utilise ce partage de la capacité à l’endormissement pour changer les rituels de la nuit et mettre en place de nouvelles règles, progressivement.
    par exemple, commencer à essayer de faire dormir bébé dans son lit, de plus en plus souvent.
    lui permettre d’aller se coucher quand elle est fatiguée (là on doit la mettre au lit de force quand elle fatiguée, et je dis au lit, mais c’est le transat, dans le lit elle ne s’endort pas);
    qu’elle puisse moduler un peu son heure de sommeil le soir, et aller se coucher quand elle à envie plutôt que 20h ferme;
    permettre plus d’autonomie, avec un réveil dans sa chambre, ou elle pourrait jouer et faire des trucs un peu seule, et ainsi favoriser le développement cognitif…

    Si vous avez choisi de faire de façon X ou Y, je ne vous blâme pas; mais l’article et les commentaires laissent penser que « c’est pas ça qu’il faut faire ». Jusqu’ici j’ai vu des témoignages de personnes pour qui ça a marché, d’autres pour qui ça n’a pas marché, mais pas beaucoup de contre arguments sur le sevrage en justifiant pourquoi ce serait néfaste.

    Nous sommes des parents, et avec ça vient l’émotion, mais je crois que ça fait aussi partie de notre devoir de rationaliser et de trouver des méthodes pour permettre à notre enfant d’avancer…

    Aussi, parents fatigués implique parents moins disponibles émotionnellement et affectivement pour bébé, donc vu que nous on en est à ce stade, je crois qu’il est nécessaire d’essayer quelque chose… J’ai trouvé cette méthode Gordon, argumentée et justifiée. peut être que ce sera bidon dans notre contexte, mais au moins on me dit « tu peux faire ça pour obtenir tel résultat, ce qui devrait marcher parceque ceci ». Partant de là, au moins je peux faire quelquechose.
    Parceque je trouve que le pire, c’est d’être dans une situation problématique sans avoir de perspectives pour arranger les choses.

    PS : la notre à 18 mois; pour l’instant le sevrage nocturne est ultra chiant, j’ai très peu dormi la nuit depuis vendredi, mais je vois déjà des progrès : moins de pleurs quand maman refuse la tétée pendant la nuit.
    Par contre elle ne veut s’endormir qu’avec Papa dans le bureau de Papa, et la transition vers le lit ensuite n’est pas des plus aisées…
    La preuve, il est 4h12 du matin et elle dort dans son transat bercé par mon pied pendant que je tape ce message.

    Papa est fatigué; papa va essayer de regagner le lit avec bébé.

    1. J’ai écrit cet article il y a quasiment 6 ans, si je l’avais écrit aujourd’hui je l’aurais sans doute modulé un peu, même si je dis clairement que je comprends les personnes qui choisissent d’induire un sevrage de nuit 🙂

      Depuis j’ai eu une 2e… allaitement et cododo aussi, mais elle, elle ne se réveillait que 2 fois par nuit Max et a fait ses 1ères nuits complètes à 15 jours, contre 30 mois pour son frère (du jour au lendemain et pour de bon ^^).

      J’avoue sans complexe, maintenant, que j’ai toujours fait le choix de la facilité pour moi. J’ai choisi ce qui me permettait de dormir un minimum et de ne pas subir des heures de pleurs et d’opposition, mais ce sont des choix personnels.
      Depuis l’écriture de cet article bien des choses se sont passées et cela s’en ressent dans mes articles. Mes 2 premières années de blog sont aussi celles où je devenais maman en version ouragan tellement mon fils était intense à tous points de vue. J’étais bcp jugée, alors j’étais parfois un peu trop « ferme » dans mes écrits, une forme de bouclier sans doute 😉

      Je vous envoie plein d’ondes positives pour ce passage, que j’imagine difficile. Je vous souhaite que cela vous permette de trouver un nouvel équilibre 🙂

  3. Coucou, j’avais témoigné sur l’article concernant le sommeil. A l’époque, nous étions en bonne voie (mon fils s’est réveillé tous les 45 min à 1h pendant pratiquement les 2 premieres années. Et non, j’en rajoute pas). Et voila, il dort! Bon, il a va avoir 28 mois. Et toujours en cododo, bien qu’il soit sevré, mais des cauchemards maintenant. Mais bon, 1-2 réveils, c’est aps la fin du monde.
    Les gens sont bien attentionnés (souvent), mais c’est comme si ta meilleure-copine-taille-36-sans-régime te parlait d’alimentation et de faire attention. Rageant. Qu’est ce qu’ils croient: qu’on adore se réveiller tout le temps? Qu’on a pas tout tenté pour améliorer notre sommeil? Grand bien leur fasse s’ils pensent que tout est de notre faute. Pour ma part, l’allaitement a été ma bouée de sauvetage: rendormi aussi sec et moi également grace aux hormones.
    Du coup, j’ai arrêté de parler sommeil autour de moi (dur quand c’est un sujet qui préoccupe) et de tendre le baton pour me faire battre. Courage maman Mammouth, tu vas en voir le bout!

    1. Je dis Ouf pour toi! 🙂

      Ici aussi le nombre de réveils à bcp diminué! Il y a encore 2 mois on était comme toi à des réveils toutes les heures, toutes les 30 min parfois… On est à 2/3 maintenant, donc ma foi c’est pas si mal! ^^

      Comme toi, je parle rarement de sommeil autour de moi, sauf avec des mamans ayant les mêmes soucis, on se soutient! Et mon allaitement me sauve la vie aussi, je suis certaine que sans ça, je ne le vivrais pas si bien!

      Nos enfants ont juste besoin de temps 🙂

  4. Je confirme, ce n’est pas l’allaitement qui est la cause de réveils nocturnes. Ma miss fait (pour l’instant, je touche du bois) ses nuits depuis ses 2 mois et pourtant je l’allaite. Et je parle de vraies nuits de 20h30 à 7h. Et je ne l’ai jamais laissée pleurer ou quoi la nuit, c’est venu naturellement. Un jour elle a bu plus longtemps le soir et pas de réveil toute la nuit (pour elle car nous, nous étions réveillé à nous demander si elle allait bien !).
    Peut-être que ce qui joue c’est qu’elle dort dans sa propre chambre et qu’elle n’a pas nos bruits de respiration pour la réveiller, je ne sais pas…

    1. Oui voilà, l’allaitement n’a rien à voir là-dedans.

      Chez nous, on a testé aussi le dodo dans sa chambre au calme sans nous, nos mouvements, mais ça a été un tel fiasco qu’on a maintenu le cododo! ^^
      Certains bébés font leurs nuits dès que les parents cèdent au cododo, d’autres ont besoin de dormir seuls… d’autres dorment facilement et enchaînent les cycles, pour d’autres c’est plus compliqué!

      Je crois que ça dépend de chaque enfant… et que finalement on n’y est pas pour grand chose nous parents, tant qu’on est à l’écoute de son enfant 🙂

  5. Alors tu vois Tycia ma deuz n’a jamais fait ses nuits tant que je l’allaitais mais Mila et Léna elles ont fait leur nuit et j’allaitais encore … dc ça existe les bébés qui font leur nuit et qui sont allaités faut arreter les préjugés … Léna ne se réveille pas la nuit j’ai de la chance mais pour s’endormir si je ne lui donne pas le sein c’est mort elle ne s’endormira jamais 😉 j’en suis à 10 mois et j’ai envie de bcp plus je redoute le moment où elle voudra arreter … Tycia et Mila ont voulu elles meme arreter le sein vers 8 mois elles en avaient marre sniffff

    1. Oui et il y a des bébés non allaités qui font leurs nuits très tard aussi… Mais c’est tellement facile de tomber dans les préjugés de l’allaitement et de ne pas se renseigner 🙂
      Je crois que mon bibou n’est pas prêt de lacher son néné ^^
      Je souhaite longue vie à ton allaitement 🙂

      1. La mienne non plus elle ne veut pas arrêter ; tant mieux ! même si je sens que mon mari commence à en avoir un peu marre mais j’ai vraiment pas envie d’arrêter je serais trop triste … bizzz

          1. je suis en plein déspesoir en ce moment … ma fille déjà pas grosse ne mange presque plus rien en purée, compote mais aussi le sein !!! et meme le soir avant elle voulait s’endormir au sein et la elle veut plus et j ai du mal à la coucher … j’ai trop peur qu’elle arrete définitivement sauf qu’elle ne prend tjs aucun bib …

          2. Ils ont des phases… en plus il y avait la pleine lune la nuit dernière.
            Si ça peut te rassurer, mon bouchon est un petit mangeur aussi… des jours il va manger un yaourt, 2 cuillères de compotes et 3 pâtes… et téter peu… D’autres il ne mangera carrément rien et tétera beaucoup…
            Entre ses 11 mois et ses 13 mois il n’a pris que 70g… Là je sais pas où il en est je suis pas retournée voir le médecin.
            Peut-être pour les repas peux-tu lui proposer des morceaux? Et pour le soir, ça n’est pas forcément qu’elle va arrêter de téter, mais peut-être qu’elle passe le cap de l’endormissement au sein, et que vous allez devoir trouver un nouveau rituel?
            Après je te dis ça, mais je fais des suppositions, car chez nous on alterne phases où l’endormissement se fait au sein en 10 min chrono, et phases où il s’endort au sein mais c’est nettement plus compliqué.

            Rassure toi, elle ne se laissera pas mourir de faim, c’est peut-être juste un passage, garde confiance en vous <3

  6. Ici c’est pareil même si la miss a fait ses nuits de 3 à 8 mois maintenant on est à 2/3 réveils par nuit pour téter… Alors pareil parfois je me demande si c’est la solution de facilité que j’ai choisi en continuant de l’allaiter mais pour moi elle a encore un fort besoin de se rassurer au niveau sommeil. Alors je rassure encore! Quand je vois comme elle est à l’aise maintenant dans sa maison je ne regrette en rien notre allaitement… Dire qu’au début dès qu’elle me voyait pas elle pleurait et là maintenant elle part toute seule explorer. Mais voilà pour le sommeil c’est plus long mais je me dis qu’à force de rassurer ça finira par venir même si c’est pas encore pour tout de suite 😉 mais la laisser pleurer pour qu’elle s’endorme seule c’est hors de question! J’ai fait un bébé, un choix d’éducation, je l’assumerai! Même si la fatigue est là par moment, même si je ne peux pas déléguer facilement. Mais quand je vois ton Petit Girafon ça me rassure, je crois que nos enfants s’entendraient à merveille 😉
    Quand ma fille arrive vers moi et me sors un « tété » je fonds!!! Je crois que c’est ma plus belle récompense pour cet allaitement!

    1. Le sommeil des bébés restent quelque chose de compliqué… mais je pense que nos sociétés occidentales gâchent tout aussi… La lobie des laits industriels, le fait qu’on pense encore qu’on doit « dominer » son enfant, toutes les idées préconçues… alors que lorsqu’on regarde dans d’autres cultures, c’est tellement naturel!

      Je crois qu’il faut s’écouter et faire confiance à nos enfants, même si c’est parfois difficile de faire abstraction des réflexions des uns et des autres!
      Je suis comme toi, je suis très fière de mon allaitement! 🙂

  7. Mon Loulou a têté la nuit quand je l’allaitais. Mais pas toutes les nuits. Une nuit sur deux il faisait 12h sans se réveiller. Ça a pris du temps, 7 mois a peu pres. Mais il est allé a son rythme et alors? L’allaitement n’a rien n’a voir avec le fait de faire ses nuits, ma belle mère a allaité ses 3 enfants et ils ont fait leurs nuits a 1 mois. Le médecin m’a dit un jour « l’allaitement au delà de 6 mois n’est plus bénéfique pour le bebe, c’est la mère qui a du mal a couper le cordon »! Alors celui la il ne ma plus jamais vue lol.
    Dans ma famille personne n’a allaité mais tout le monde m’a dit que je « m’obstinais » a lui donner le sein la nuit donc je ne devais pas m’étonner qu’il ne dorme pas. Que c’était un caprice. J’ai souvent eu du mal a garder mon sang froid avec la fatigue en entendant ce genre de réflexion…
    Alors oui il têtait pour se rassurer, oui il en avait besoin jusqu’à 8 mois, et oui c’était facile car il se rendormait illico presto. Aujourd’hui il dort dans son lit dans sa chambre. Donc j’encourage toutes les mamans a ne pas forcément sevrer leur enfant la nuit, ils vont a leur rythme. Et je suis sûre que ton petit bout trouvera le sien très vite!

    1. Oui j’en suis persuadée! On m’a donné tout un tas de conseils du genre « laisse le une nuit chez quelqu’un, il va pleurer mais après tu seras tranquille », ou encore « donne lui de l’eau et rien d’autre, tant pis s’il pleure », « mets le en bas, et laisse le pleurer toute la nuit s’il faut »… Ben voyons! Je ne dresse pas mon fils, je l’élève dans le respect!
      Chaque enfant a un rythme différent, et puis chaque parent a ses besoins aussi… Nous ça nous va, peut importe ce qu’en disent les autres 😉

  8. Je suis d’accord avec toi, le sevrage de nuit n’a rien a voir avec le fait de « faire ses nuits ». D’ailleurs soyons clair, « faire ses nuits pour un bb c’est tenir 5/6h d’affilées, pas 12h ! Ça c’est NOS nuits ! …
    Je comptais pratiquer le cododo le plus longtemps possible, avec les tétées nocturnes que cela implique.
    Sauf que contre toute attente, il y a quelques temps j’ai eu besoin de me retrouver en tant que femme, vivant dans un T2 avec le papa il était difficile d’avoir des moments pour nous, et puis des que je me levais faire pipi mon fils pleurait… Ce n’était plus un réel plaisir pour ma part mais de la facilité, car en effet c’est facile 😉
    Je comptais faire un sevrage de nuit mais finalement non, c’est trop brutal et s’il tête la nuit c’est qu’il en a besoin et il espacera quand il sera prêt.
    J’ai donc simplement arrêter le cododo et je me lève et me met assise pour la tétée. C’est plus fatiguant pour moi de me lever certes, mais mon fils est passés de 6/7 réveils nocturnes en cododo a 2 réveils dans son lit.
    Je pense surtout qu’il faut faire les choses QUAND on se le sent, et pas « car il faut le faire » aux yeux des médecins ou quoi,..
    Voilà pour ma part 🙂
    (Maman de Nino hihi tu me reconnaîtra)

    1. Oui tu as entièrement raison… Il faut faire les choses quand on est prêt et seulement si on en a envie. J’ai tenté moi aussi le sevrage de nuit quand il a eu 6 mois, c’était trop dur, alors je tentais de ne plus l’endormir au sein… mais il se réveillait toujours 10, 12, 15 fois… je passais ma nuit debout! C’était trop épuisant pour moi, donc on a continué comme avant… toujours de très nombreux réveils nocturnes, parfois toutes les 30 min plusieurs nuits d’affilées… Et puis, ça a fini par aller mieux… Toujours en cododo, rendormi au sein, mais plus que 2/3 réveils…
      Chaque bébé a son rythme, et puis nous mamans, nous avons chacune des besoins différents 🙂

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.