Ca y est je peux le dire, j’ai dépassé mon objectif de 20 livres! J’ai lu 5 livres ce mois-ci, j’en suis donc à 22 livres lus depuis janvier! Je n’en suis pas peu fière! La lecture a enfin repris sa place dans ma vie, dans mon quotidien. Voici donc ce que j’ai lu…

***

J’arrête de râler sur mes enfants, et mon conjoint : 21 jours pour changer de Christine Lewicki et Florence Leroy

J’ai beaucoup apprécié ce livre dont je vous parlais ICI. Il est bienveillant, et sérieux… bon je suis toujours loin de réussir ce challenge, mais je ne désespère pas!

***

Ne lâche pas ma main de Michel Bussi

J’avais commencé ce livre déjà le mois dernier, mais j’ai eu beaucoup de mal à accrocher… l’univers, l’écriture, la lenteur du récit… Ce n’est qu’à la 150e page que j’ai commencé à y trouver de l’intérêt. Je ne dirais pas que je n’ai pas aimé, j’ai apprécié ce livre mais sans plus. Ca ne m’a pas emballé plus que ça… Peut-être car ça faisait un peu trop “polar” pour moi? Je lirai d’autres livres de l’auteur pour me faire un avis plus complet!

***

L’Incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage de Haruki Murakami

Haruki Murakami est un auteur que j’adore depuis que j’ai lu Kafka sur le rivage. J’aime ses livres car je me sens dépaysée, transportée dans l’univers nippon, avec ses codes, ses manières qui me sont totalement étrangers. J’aime aussi l’irréel qui est mêlé au réel, mais en filigrane. Cette histoire m’a plu, car elle s’appuie sur une histoire de sentiments. Ce n’est pas un livre plein d’action, c’est un livre nostalgique. Je vous donne le résumé de la quatrième de couverture :

“Depuis le mois de juillet de sa deuxième année d’université jusqu’au mois de janvier de l’année suivante, Tsukuru Tazaki vécut en pensant presque exclusivement à la mort.

A Nagoya, ils étaient cinq amis inséparables. L’un Akamatsu, était surnommé Rouge; Ômi était Bleu; Shirane était Blanche et Kurono, Noire. Tsukuru Tazaki, était sans couleur. Tsukuru est parti à Tokyo pour ses études; les autres sont restés. Un jour, ils lui ont signifié qu’ils ne voulaient plus jamais le voir. Sans aucune explication. Lui-même n’en a pas cherché. Pendant seize ans, Tsukuru a vécu comme Jonas dans le ventre de la baleine, comme un mort qui n’aurais pas encore compris qu’il était mort. Il est devenu architecte, il dessine des gares. Et puis Sara est entrée dans sa vie. Tsukuru l’intrigue mais elle le sent hors d’atteinte, comme séparé du monde par une frontière invisible. Vivre sans amour n’est pas vivre. Alors, Tsukuru Tazaki va entamer son pèlerinage. A Nagoya. Et en Finlande. Pour confronter le passé et tenter de comprendre ce qui a brisé le cercle.”

***

Réconcilier l’enfant surdoué avec l’école : Stop à l’échec scolaire ! de Laurence Lalande

Un livre très intéressant dont je vous parlerai la semaine prochaine!

***

Mauvaise fille de Justine Lévy

Je n’avais jamais lu de livre de cette auteure. Et bien j’aurais du avant! J’ai beaucoup aimé ce livre, c’est exactement le style de livre que j’aime, un peu “bizarre” parfois, assez psychologique. Un livre où on a essentiellement les pensées du personnage principal. C’est aussi une histoire assez dure finalement, car il y a ce deuil de la mère, et le devenir mère au même moment. Ce livre m’a touchée, et j’en ai aimé l’écriture. Voici la quatrième de couverture :

“Maman est morte, je suis maman, voilà, c’est simple, c’est aussi simple que ça, c’est notre histoire à toutes les trois. Tu en mets du temps à raconter les histoires, je me disais quand elle me racontait une histoire dans mon lit. Là c’est allé vite, si vite, le regard de maman dans le regard de ma fille, c’est là qu’elle est, c’est là que je la retrouve, et dans ses gestes aussi, dans les gestes impatients, un peu brusques, de ma petite fille doublement aimée. Maman vit en Angèle qui court sur une pelouse interdite. Maman me parle et me sourit quand Angèle lance son regard de défi aux adultes qui la rattrapent et la grondent. Maman est là quand Angèle tombe et se relève aussitôt, les dent serrées, pour ne pas pleurer. Elle est dans le cri qu’elle ne pousse pas, dans sa petite grimace d’enfant crâne qui ne compose pas. Partout dans mon enfant, ma mère a laissé son empreinte.”

***

Voilà voilà! J’ai repris goût à aller à la médiathèque du village, ma liseuse est bien pleine… ça promet encore plein de jolies découvertes littéraires! 😉
Et vous, vos lectures?

Suivez-moi!

Maud

Maman blogueuse pro allaitement, maternage et éducation positive, pratiquant l'instruction en famille. Rédactrice web et traductrice. Résolument optimiste, j'espère vous transmettre ma bonne humeur et ma douceur!
Pour en savoir plus sur moi c'est par ici !
Maud
Suivez-moi!

Les derniers articles par Maud (tout voir)