Je ne sais pas trop ce qui s’est passé en moi début décembre, mais c’est comme si j’avais atteint un point de saturation… un point de non retour. Je voulais désactiver l’application facebook sur mon smartphone, pour faire une petite pause car je sentais que facebook prenait, à ce moment précis, trop de place dans mon quotidien. Et puis, par mégarde j’ai carrément supprimé l’application. J’ignore comment j’ai fait, mais l’application avait totalement disparu ^^ J’ai pensé que c’était un signe, et j’ai laissé ainsi. Les jours, les semaines sont passées, sans qu’une seule fois j’ai envie de réinstaller facebook. Chose encore plus étrange, c’est qu’à partir de ce lundi où j’ai supprimé par mégarde l’application, j’ai eu de moins en moins envie de m’égarer sur facebook. Au départ, j’y suis allée une fois dans la journée, via mon ordinateur, cinq à dix minutes… et puis j’ai fini par y aller jeter un coup d’oeil seulement quelques fois dans la semaine, quelques minutes.

Ce que j’ai réalisé ? Que je ne manque absolument rien d’important.

J’ai tout de même conservé l’application de gestion de la page du blog, car ce n’était pas l’utilisation la plus chronophage que je faisais de facebook. Et j’ai gardé l’appli messenger si on souhaite me joindre. Voilà pourquoi, je parle de ma vie PRESQUE sans facebook… mais si vous saviez comme cette vie-là m’est plus douce. Franchement, je ne pensais vraiment pas que les réseaux sociaux pouvaient avoir un tel impact sur le quotidien, sur le mien.

Depuis que je ne vais presque plus sur facebook…

  • Je me sens de meilleure humeur. Véritablement.
  • Je suis plus patiente, je crie moins, je suis moins irritable (je vous assure, ça n’est pas juste un concours de circonstance, car je n’ai pas, en ce moment, le moral particulièrement haut)
  • Ma maison est moins en bordel, ma vaisselle est quasiment toujours faite… Alors non pas que je me transforme en parfaite petite ménagère, du tout. Mais disons qu’au lieu de foncer sur mon téléphone au moindre temps mort, et bien je prends quelques minutes pour ranger un peu ou faire un bout de vaisselle.
  • J’ai d’avantage de temps pour moi. Je lis plus, je couds plus, j’écris plus.
  • Je me sens plus libre. C’est une sensation vraiment étrange, mais j’étais vraiment addict, et là, j’ai l’impression de m’être libérée d’un truc. Je ne ressens plus ce besoin de publier des trucs, de commenter, de voir si on m’a répondu. Et je me sens aussi libérée d’un certain “regard”. Les réseaux sociaux, et surtout facebook, sont des lieux où on s’expose beaucoup aux jugements des autres. Personnellement, je ne vis pas ça forcément très bien ou avec détachement, tout me touche. Donc en retirant ça… et bien je me sens bien mieux.
  • Je suis beaucoup plus créative aussi. C’est fou non ?

Je pense qu’il y a plein d’autres avantages auxquels je ne pense pas, là maintenant. Mais je suis vraiment ravie d’avoir franchi ce cap qui semble franc. J’ai essayé à plusieurs reprises, des détox de réseaux sociaux, sans succès. Comme pour tout, dans ma vie, il faut que j’en arrive à un point de saturation tel, que je sais qu’il n’y aura pas de retour en arrière. C’est ainsi pour beaucoup de choses chez moi ^^

Après 5 ans de grande présence virtuelle, 5 ans où je passais beaucoup (trop) de temps sur facebook et autres réseaux sociaux (enfin, surtout facebook en fait… j’adore instagram, mais je n’y passe que peu de temps finalement), j’amorce cette nouvelle année dans une toute autre dynamique. Pour autant, je ne regrette rien de ces années passées. J’avais sûrement besoin de cette hyper-connexion. Et ça m’a apporté aussi beaucoup de choses positives ! Des échanges, des partages, des opportunités, des amitiés… mais désormais, je ne souhaite garder que ce positif, et laisser le reste. Et puis, je crois que cette déconnexion marque également mon éloignement de la sphère “blog”… des blogueurs et blogueuses, de l’hypocrisie, de cette atmosphère bizarre. J’ai d’ailleurs fait un grand ménage sur mon profil perso… je n’avais qu’un seul profil (vu le temps que j’y passais déjà, je n’ose même pas imaginer si j’en avais eu deux ^^)… au départ personnel, et puis petit à petit j’y ai ajouté des blogueurs, des blogueuses, des créatrices etc. Sauf que j’ai fini par ne plus m’y retrouver. J’ai donc supprimé énormément de monde. Je n’ai gardé que mon entourage proche (pas forcément géographiquement ^^) et les personnes avec qui j’ai de réelles affinités. Pour suivre mon côté “blog”, il y a ma page 🙂

Enfin bref. Il y a un dicton qui dit “pour vivre heureux, vivons cachés”… je crois que c’est ce que je commence à expérimenter. Désormais, j’ai ce besoin de retour dans notre cocon, notre bulle. J’ai besoin de temps pour travailler mes projets, pour guérir de certains maux aussi. Ce n’est pas facile en réalité de mettre des mots sur ce que je ressens face à cet éloignement. Je me sens bien. Je me sens mieux. Et c’est vraiment lié à ça. Oui vraiment, car personnellement, je traverse une phase émotionnelle compliquée… Malgré ça, depuis que facebook ne fait plus partie de mes journées comme avant, je me sens mieux.

Attention, je n’ai pas écrit cet article pour vous dire “arrêtez facebook ! C’est le mal !”. Pas du tout. J’avais juste envie de partager avec vous mes ressentis. Je me sens tellement plus VIVRE. Je ne vais pas déserter totalement les réseaux sociaux, mais désormais, je les utiliserai avec parcimonie 😉

Et vous, quel est votre relation aux réseaux sociaux ?

Suivez-moi!

Maud

Maman blogueuse pro allaitement, maternage et éducation positive, pratiquant l'instruction en famille. Rédactrice web et traductrice. Résolument optimiste, j'espère vous transmettre ma bonne humeur et ma douceur!
Pour en savoir plus sur moi c'est par ici !
Maud
Suivez-moi!

Les derniers articles par Maud (tout voir)