Un enfant remuant

J’en ai gros sur la patate depuis plusieurs jours. Ca tourne et retourne dans ma tête… Peut-être que le fait que je ne vais pas très bien en ce moment joue aussi. Ou pas. Etre la maman d’un enfant remuant, ce n’est pas toujours simple. Plus le temps passe et plus j’ai envie de nous replier sur nous-même. Je rêverais presque de vivre au milieu des champs. Sans personne autour. Loin de tout. Juste nous et les gens qu’on aime. Ca passera, mais ces temps-ci, c’est ce dont je rêve…

Avoir un enfant un peu plus remuant que la moyenne, me donne, oui, envie de me couper du monde. Car j’en viens à redouter chaque sortie. Ou en tout cas les sorties dans des lieux que je ne connais pas, chez (ou “avec”) des gens qui ne nous connaissent pas, ou qui n’ont pas (ou “plus”) de jeunes enfants. Je m’entends dire à mon Girafon : “Tu seras calme, n’est-ce pas? Je compte sur toi pour écouter les règles que je te donne.” … Mais au fond, ce ne sont pas ses comportements qui m’inquiètent, qui m’angoissent… Car, il a quatre ans, un enfant de cet âge ça bouge, ça n’écoute pas toujours ce qu’on dit. Lui, bouge peut-être un peu plus que d’autres. Ce qui me pousse à lui dire ça, ce qui me noue d’estomac, c’est qu’en fait je redoute le regard des gens. Ces regards réprobateurs car ton enfant court partout ou joue allongé par terre en plein milieu du passage, parce qu’il joue un peu bruyamment ou est incapable de rester assis sans bouger… on dirait qu’il a des épines sous les fesses… Les remarques aussi… La plupart du temps, je les entends, même quand elles sont chuchotées dans mon dos. Et je les encaisse quand je les reçois en pleine face. Mal. Mais je les encaisse, la tête haute et les dents serrées.

“Vous ne pourriez pas vous en occuper plus? Ca fait 30 minutes qu’il crie, il est surexcité (…)”

Voilà la dernière remarque que j’ai prise dans la figure. Lors d’une présentation de jeux, pour enfants. Je ne m’y attendais vraiment pas, car je trouvais justement mon Girafon plutôt tranquille. Ok, il commençait à s’agiter, j’étais en train de discuter. Mais, quelques minutes avant qu’on me fasse cette remarque, j’étais en train de jouer avec lui à un jeu… Mon sang n’a fait qu’un tour. Me mordant les lèvres pour retenir mes larmes, j’ai pris mes enfants et je suis partie. Illico. Mais depuis, cette phrase ne me quitte pas. Je me suis jurée de ne plus jamais retourner dans ce type d’événement. En réalité, je n’ai plus envie d’aller nulle part. En tout cas, pas dans des endroits dont les paramètres (configuration, personnes présentes…) m’échappent. Je me suis sentie extrêmement mal.

Parce qu’il faut être honnête, beaucoup de gens jugent les parents de ces enfants remuants. Qui peut dire qu’il n’a jamais pensé “et bah, il est turbulent cet enfant” ou “ses parents doivent pas être bien sévères…” (sous entendu “laxistes”) ? Pas moi. Je l’ai pensé, bien sûr et plus d’une fois. Avant d’être maman. Avant d’être la maman d’un de ces enfants qui bouge sans arrêt, qui remet en question l’autorité à longueur de temps et donc à qui on doit expliquer et expliquer encore les interdits, les règles, les dangers… Et je regrette aujourd’hui d’avoir pu poser des regards jugeants sur des parents. Car aujourd’hui, je sais ce que ça fait de faire face à ce type de regards. Sans parler des réflexions, directes ou dans le dos.

Je suis fatiguée de vivre dans un monde où on étiquette les enfants, leurs parents. Et je ne parviens pas à cesser de ruminer ça… Je suis profondément triste. Triste car je sais que, pour nous, ça n’est que le début. Qu’on continuera à recevoir des remarques blessantes et des regards réprobateurs. On continuera à nous juger et à estimer que je dois être une mère laxiste/dépassée, que mon enfant est un petit tyran. Parce qu’il bouge sans arrêt, parce qu’il est bruyant, parce qu’il n’écoute pas toujours ce que je lui dis, parce qu’il fait rarement ce que je lui demande… parce qu’il faut toujours lui expliquer le pourquoi du comment c’est interdit.

Bref. J’ai une grosse pensée pour tous ces parents qui ont comme moi un enfant un peu “trop” remuant. Ce n’est pas notre faute. Chaque enfant a un tempérament différent… le nôtre en a un, épuisant. Je vous envoie mon soutien, je sais combien c’est souffrant parfois.

Suivez-moi!

Maud

Maman multi-casquettes, un brin écolo et pratiquant l'instruction en famille. Résolument optimiste, j'espère vous transmettre ma bonne humeur et ma douceur!
Pour en savoir plus sur moi c'est par ici !
Maud
Suivez-moi!

Les derniers articles par Maud (tout voir)

10 thoughts on “Un enfant remuant

  1. J’ai eu et ai 5 enfants remuants et oh combien je te comprends. Pour les derniers ben je boycotter certains endroits comme les grandes surfaces et autres manifestations avec du monde car je savais qu’ils ne resteraient pas “comme il faut” … En grandissant ils se calment et savent mieux canaliser toute cette énergie heureusement. Après les remarques et les regards faut dans le mesure du possible les prendre avec le sourire. Tu t’en fous de ce que pense les autres. Courage à toi !

  2. J’aurais pu écrire exactement la même chose
    Mon 3eme petit bout de 4 ans est un enfant qui ne tient pas en place ! Il est en mouvement constamment que se soit a la maison ou même a l’école c’est la même

    Ici j’ai eu de la “chance” car je suis tjs tombé sur des maitresses “compréhensives”

    Avec sa maitresse de moyens on a décidé de consulté une psychomotricienne pour essayer de mettre quelques chose en place pour arrivé a la poser

    Nous sommes en plein bilan dernière séance mardi j’ai hâte de connaitre son ressenti

    Ici que se soit la maitresse ou mes amies elle le surnomme Zébulon ! Et dans le petit mot pour la psychomotricienne la maitresse a écrit qu’Elias était un enfant avec des ressorts sous les pieds !

    En tout cas je vous envoi tout mon soutient !

    Gros bisous

  3. Maman Mammouth, je t’envoie tout mon soutien <3 <3 <3

    La mienne est aussi remuante, en ce moment, elle fait beaucoup de crises, en ce moment, je ne suis pas bien non plus. Plus souvent qu'à mon tour, je crie et je dis des choses méchantes. Je culpabilise, demande pardon mais le mal est fait.

    L'épuisement, l'incompréhension, mon incapacité à comprendre ce qui lui arrive (donc culpabilité)… A contrario, le regard des autres pendant les crises, je m'en fiche (et je déconseille à quiconque de me faire une réflexion – d'ailleurs, mon regard doit refroidir, je n'en ai pas). Par contre, j'ai du mal avec elle quand elle empêche les autres de faire une activité ou quand elle prend violemment des mains. Là, quand je peux, je passe la main pour éviter de dire des choses méchantes.

    Bref, tout ça pour dire que tu n'es pas seule, que le problème, c'est pas l'éducation que l'on donne ou nos enfants. Non, c'est le poids culturel, le poids de notre propre éducation et le fait qu'on veuille que les enfants soient de bons petits soldats obéissants, dociles, des images… Les adultes ont le droit de péter un plomb, mais pas les enfants ! Les adultes ont le droit d'être excités (il n'y a qu'à voir les soirs de match de foot…) mais pas les enfants…

    De toute façon, un monde où les wc sont payants et le wi-fi gratuit… c'est qu'il y a un problème de base (et de priorité).

    J'essaierai toujours de m'améliorer, je continuerai de demander pardon à ma fille chaque fois que je déraperai, je continuerai d'être le plus bienveillante et de la laisser le plus libre possible. Et si ça ne plaît pas, tant pis. Alors oui, j'ai arrêté des activités (enfin, j'ai changé de club), oui, je modifie nos sorties pour être le moins possible dans le conflit mais je n'arrêterai pas de vivre pour les autres…

    Je continuerai dans cette éducation, pour le bien de ma fille et aussi pour changer le monde. Ils ont plutôt bien réussi dans les pays nordiques 🙂 Ici, ça ne viendra pas du gouvernement, ça viendra de nous, les parents et surtout de nos enfants.

    En tout cas, dans une manifestation pour enfants, c'est un comble, je pense que j'aurais écrit un gentil (méchant ?) mot aux organisateurs pour leur dire de revoir un peu leur copie…

  4. Je connais bien ce dont tu parles avec mon Cromignon. Aujourd’hui c’est beaucoupplus facile, en grandissant il est plus “sortable” mais en effet pendant plusieurs années j’évitais sorties et invitations avec lui…

    1. Je passe un peu pour un extra terrestre quand je refuse d’aller ici ou là avec mes enfants… Ca me rassure de savoir que je ne suis pas la seule à préférer éviter les sorties qui pourraient se finir par un coup de stress inutile..

  5. Plus ça va, plus j’ai l’impression qu’il faudrait que les enfants soient des meubles qu’on pose à un endroit et qu’on ne doit ni entendre ni voir bouger…
    Mes Loulous sont remuants aussi mais bon, ce sont des enfants, je ne peux pas attendre d’eux qu’ils nous suivent dans nos péripéties sans bouger, sans chahuter. Alors tant pis, je les regarde avec tendresse, je fais de grands sourires aux gens qui nous regardent de travers et dans ma tête je pense un gros FUCK 😀
    Laisse vivre ton Loulou et ne te prends pas la tête avec les réflexions des gens 😉

    1. Oui, il faudrait des enfants parfaitement obéissants, qui bougent mais surtout pas trop.
      J’ai du mal à laisser à distance les regards et réflexions des gens depuis quelque temps. peut-être car je n’ai pas trop la forme dont ça m’atteint d’avantage…

  6. Maud, étant présente j’ai vu comment tu t’occupais non pas que de petit girafon mais bien des deux. Et quand on a deux enfants jeunes ca prend énormément de temps. Tu as passé beaucoup de temps à jouer avec eux et donc avec lui ! Et effectivement tu as pris une pause très courte pour papoter. Ton petit ne gênait absolument personne ! Il était effectivement en train de se rouler par terre par jeu et aussi probablement car il en avait un peu marre d’être enfermé ! La remarque était déplacée et en temps normale tu t’en serais probablement moquée mais là ca a ete la goutte d’eau Qui a fait déborder le vase ! Ne te coupe pas du monde car tu as besoin de voir des gens et tes enfants aussi. Mets ton bouclier et protège toi des mots blessants. Prépare toi à ce regard des autres et ne le prépare pas lui. Je me retrouve dans Tout ce que tu dis et pourtant mes filles sont tres posées. Mais quand on va dans la belle famille j’ai tellement peur d’être mal jugée que je leur met une pression de dingue et c’est là que ca se passe le plus mal ! Allez souffle digère et reprend de l’énergie positive ! Des énormes bisous

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.