Je ne sais plus si je vous en ai déjà parlé… J’ai la mémoire courte! J’ai travaillé un an dans une ferme pédagogique en tant qu’animatrice dans le cadre d’une formation. J’ai touché un peu à tout, tant au niveau des travaux agricoles qu’au niveau des techniques d’animation. J’étais dans un élevage de brebis et de porcs noirs gascons, et polycultures, en pleines démarches pour leur certification bio. Nous avions aussi une belle basse-cours, des lapins et des ânes. J’ai pu observer à loisirs la relation enfant/animal!

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’enfant ne pend pas l’animal pour un doudou ou un jouet. Au début, pour certains cela peut être le cas, surtout lorsqu’ils n’ont pas l’habitude de côtoyer des animaux, et qu’on leur présente un lapereau trop chou ou un petit poussin tout doux. Mais ils comprennent très vite qu’il faut aussi s’en occuper, les nourrir, nettoyer leur habitant, y faire attention. C’est là pour moi, que notre rôle à nous, adultes (parents, animateur, intervenant…), est primordial. C’est à nous de montrer, d’expliquer et d’impliquer l’enfant tout en étant tolérant face aux erreurs qu’il pourrait commettre (donner trop à manger, renverser l’eau…)

La relation enfant/animal est quelque chose de sain et de privilégié. Cela permet à l’enfant de prendre conscience d’autrui et de commencer à avoir des responsabilités (bien sûr adaptées à son âge et ses capacités!). J’ai eu la chance de travailler avec des publics porteurs de handicaps et aux troubles comportementaux. C’est là que la relation à l’animal a vraiment pris tout son sens… le pouvoir des animaux est alors incroyable! J’ai vu un jeune garçon de 11 ans atteint d’hyperactivité très forte rester calme, attentif, curieux, concentré en caressant ou en observant un lapin pendant parfois plus d’un heure (ce qui aux dires de ses éducateurs était énorme!) ! J’ai également eu l’occasion de visiter une ferme pratiquant l’équithérapie (thérapie par la relation au cheval)… J’ai vu un petit garçon autiste en pleine crise qu’on a posé sur le dos d’un gros cheval de trait revenir endormir sur l’animal.

J’ai énormément apprécié de travailler ainsi dans un élevage, car on ne montrait pas seulement les animaux, on impliquait les enfants dans tous les gestes quotidiens, il n’y avait aucun tabou non plus quant à la finalité de cet élevage (dans des conditions de rêve… plein air, contact bienveillant quotidien à l’homme…). Et contre toute attente ce sont les adultes qui étaient les plus choqués, les plus prudes quant au fait que ces animaux étaient élevés pour faire de la viande. Les enfants eux nous demandaient quasiment à chaque fois si on allait leur en servir à midi!

Enfin bref, pour moi les bienfaits de la relation enfant/animal ne sont plus à prouver! J’ai grandi au milieu d’animaux, nous avons deux chiennes, Petit Girafon a déjà été plusieurs fois à la ferme et plus il grandira plus j’essaierai de l’impliquer auprès de nos chiennes (les nourrir, les brosser, les promener…).

Et vous, qu’en pensez-vous? Avez-vous des animaux chez vous?

relation enfant/animal

***

Tous les jeudis, ou presque, ça parle éducation chez les Wondermômes, c’était ma participation à ce rendez-vous!

Suivez-moi!

Maud

Maman blogueuse pro allaitement, maternage et éducation positive, pratiquant l'instruction en famille. Rédactrice web et traductrice. Résolument optimiste, j'espère vous transmettre ma bonne humeur et ma douceur!
Pour en savoir plus sur moi c'est par ici !
Maud
Suivez-moi!

Les derniers articles par Maud (tout voir)