Paie ta réflexion pourrie sur… le TDAH !

Les parents ayant un enfant avec TDAH (Trouble du Déficit de l’Attension avec Hyperactivité) se reconnaîtront certainement dans cet article… car des réflexions, on en entend et on en lit souvent. La plupart du temps, elles sont absurdes, voire blessantes. Il y a des gens qui vont balancer des trucs à côté de la plaque mais sans malveillance, au contraire. Leur intention serait plutôt d’aider et de rassurer, même si cela es fait maladroitement. Et puis, il y a ceux qui savent toujours mieux que toi, mieux que les spécialistes et qui jugent à tout bout de champ. Ce n’est pas toujours évident de se blinder et de ne pas se sentir blessé.

J’ai sélectionné quelques réflexions… dont certaines sont particulièrement gratinées !

***

J’ai lu quelque part que c’est alimentaire et que que si tu enlèves le gluten/lait/autre, l’enfant guérit.

ou sa variante “le fils de la tante de la cousine de ma voisine n’est plus hyperactif depuis qu’il ne mange plus ceci/cela.

Un enfant avec TDAH pourrait ne manger que de l’herbe bio, il serait toujours TDAH. Parce qu’on naît TDAH et qu’on meurt TDAH, même si en grandissant, cela se voit souvent moins, voire plus du tout (mais ce n’est pas parce que cela ne se VOIT pas, que cela n’EST pas). En revanche, chez certains enfants, éliminer une catégorie d’aliments peut permettre une amélioration des comportements, c’est vrai. Cela peut être le cas avec l’éviction du gluten ou du lait, effectivement, car se cache finalement souvent une intolérance. Cela est encore plus vrai avec le sucre qui a une fâcheuse tendance à exacerber le côté hyperactif et impulsif, voire augmenter l’irritabilité… mais c’est valable pour tout enfant (et adulte) sur terre ! Le sucre, surtout raffiné, est un véritable poison. Mais tout cela est loin d’être une science exacte ni une vérité absolue. Si pour certains enfants, l’éviction d’aliments permet de réduire l’agitation par exemple, cela n’est pas vrai pour tous et surtout… ça ne guérit absolument pas le TDAH… qui n’est pas une maladie d’ailleurs.

***

“L’hyperactivité c’est le nouveau truc à la mode pour les parents qui ne savent pas élever leurs enfants.”

Celle-là elle pique, bien fort. Elle fait clairement mal. J’ai souvent envie de répondre des choses pas très sympas, mais mon savoir-vivre m’en empêche… et tant mieux, car ce ne serait que m’abaisser à la connerie de certains (excusez moi le terme).

***

“C’est l’âge ! Tous les enfants bougent ! Il/elle est trop petit.e pour lui coller une étiquette !”

Et BAM dans les dents ! Un petit coup de culpabilisation dans la figure. J’imagine que cette réflexion ne part pas d’une mauvaise intention et vient de personnes qui n’imaginent même pas ce que peut signifier “bouger” chez un enfant avec TDAH, et qui réduit d’ailleurs ce trouble à l’agitation… alors que c’est bien plus complexe.

***

“T’as qu’à être plus strict.e ! Moi j’accepterais pas ça !” ou les différentes variantes “Tu sais pas t’y prendre, c’est une excuse”… une lectrice a même subi un “Il suffit de lui donner une fessée matin, midi et soir”

Évidemment…

***

Aujourd’hui, tous les gosses sont hyperactifs ! C’est n’importe quoi !”

Jamais ces personnes ne peuvent envisager qu’on diagnostique peut-être simplement mieux ? (et pourtant, seuls les parents qui passent par là savent le parcours du combattant que c’est…)

***

“Tu refuserais des lunettes à un enfant myope ?”

… ça c’est quand tu refuses la médication.

“Tu drogues ton enfant !”

… et ça, quand tu choisis la médication.

***

“Tu lui fais faire du sport ?”

Seuls les parents qui vivent le TDAH au quotidien savent que l’activité physique c’est bien… mais loin de suffire… très très loin !

***

“Il sait faire quand il/elle veut ! C’est juste un.e feignant.e !” …

dans le même genre “Tout le monde oublie des trucs, c’est juste une bonne excuse !”

Et là… c’est à nos enfants que ça fait mal s’ils entendent ce type de phrases. C’est humiliant et rabaissant au possible.

***
“Il a un traitement ? Non ? Ah bah c’est qu’il n’a rien !”

ou “Il a un traitement ? Non ? Bah te plains pas alors !”

Ca nous aide tellement ce type de réflexion… ça fait avancer le schmilblick !

***

“C’est un enfant roi, il fera rien de sa vie !”

BAM ! Touché coulé.

***

Voilà… ceci n’est qu’un petit échantillon de tout ce qu’on peut entendre ou lire de délectable et de parfaitement bienveillant… n’est-ce pas ? Alors derrière tout cela, il y a sûrement un gros manque de connaissance du TDAH… et un manque global d’empathie et de bienveillance, bien exacerbé par les réseaux sociaux je trouve. Alors une OLA aux parents d’enfants atypiques ! … et je reviendrai bientôt avec un petit florilège spécial TSA (Trouble du Spectre de l’Autisme) 😉

Maud
Suivez-moi!
Les derniers articles par Maud (tout voir)

7 thoughts on “Paie ta réflexion pourrie sur… le TDAH !

  1. Ah ouais y’a des gens qui se permettent tout ! Je ne suis pas concernée ; avant d’être maman, il m’arrivait de penser à ce genre de réflexion (sans le dire parce que j’étais trop polie ^^ peut-être qu’inconsciemment je sentais aussi que ce n’était pas si facile que ça, en fait…) ; après, j’ai eu + d’empathie que de jugement tout neuf… Je pense que le terme “hyperactif” anciennement utilisé a beaucoup joué, car beaucoup d’enfants étaient catalogués hyperactif sans avoir été réellement identifiés comme tels. Et que c’est un mot qui s’est imposé même pour qualifier un enfant qui bouge beaucoup (notamment de la part de gens qui s’imaginent qu’un enfant est un objet de décoration intérieure).

    Et puis, de toute manière, dès qu’il s’agit du comportement des enfants, tout le monde se permet de juger 🙂 Alors que bon, ça dépend déjà du caractère, des sensibilités, et de tellement d’autres paramètres… mais non, pourquoi être différent alors que la société impose qu’on rentre tous dans le même moule ? Des petits enfants parfaits qui disent bonjour aux inconnus, se tiennent bien à table, sont sages et silencieux à l’intérieur, font leur promenade quotidienne, vont au lit spontanément le soir parce c’est l’heure 🙂

    Bon courage ^^

    1. Je suis d’accord. J’avoue que moi aussi, avant d’être maman, je me faisais certaines réflexions que je trouve absurdes aujourd’hui… alors même que j’ai toujours travaillé avec les enfants. Depuis que je suis maman, et encore plus depuis que j’ai le nez dans les neuroatypies, je regarde vraiment différemment les enfants, mais aussi les parents… Car au fond, face à une situation à un instant T qui peut nous interroger… que sait-on de l’enfant ? De son parent ? De leur vécu ? De la journée qu’ils sont en train de passer ? Rien. Mais on vit dans une société où on doit toujours avoir un avis sur tout et surtout le donner, même si c’est un jugement… Mais cela changera peut-être 🙂

  2. Hum.. que ça flaire bon le vécu. Oui, il faut bien du courage et, plus que du lâcher prise. ça me rappelle grandement le même genre de listes que j’ai débuté sur la grossesse ainsi que sur la bienveillance éducative (ou son absence). Chacun fait les meilleurs choix pour lui, pour ses enfants, en connaissance de sa cause avec ses outils. Mais décidément, parfois on aimerait juste ne plus rien entendre de ce type. Merci pour ton article.

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.