Nous sommes des parents indignes

Il semble que nous soyons des parents indignes….

Hier encore, sur la page FaceBook du célèbre magasine “Parents”, ils parlaient d’une initiative d’un pays nordique pour faire reculer le cododo… Les maternités distribuent des petites boîtes en carton, pour y faire dormir bébé à la sortie… Personnellement, je trouve ça un peu glauque. Je ne ferais pas dormir Petit Girafon dans une boîte à chaussure (oui, bon j’exagère un peu!). Et, le fameux magasine “Parents” (que je ne vais plus jamais lire d’ailleurs), souligne bien que cela a fait diminuer le cododo, et donc la mort subite du nourrisson (autrement appelée MSN)…

Mais enfin, d’où ça vient cette idée que pratiquer le cododo ça accentue les risques de MSN! S’il est pratiqué en sécurité le cododo n’est pas plus dangereux qu’une autre pratique!

Ca me met hors de moi ce raccourci!

Il a été démontré, que la MSN, si l’on omet les morts par étouffements, est liée à une immaturité du système nerveux de certains bébés, prématurés par exemple. Les nourrissons font de micros apnées du sommeil, et ils sont un réflexe de reprendre leur respiration. Cela se traduit par les gros soupirs qu’on leur entend faire la nuit. Certains petits bouts n’ont pas ce réflexe, car leur système nerveux est immature. Donc, même des bébés-sur-le-dos-en-turbulette peuvent être victime d’une MSN. C’est dit.

Et puis, on nous enquiquine avec le “il faut coucher bébé sur le dos!”… car un bébé sur le ventre s’étouffera et mourra s’en même s’en rendre compte, car c’est pas bon pour son dos etc etc.

Oui, ben Petit Girafon il a bien failli s’étouffer plusieurs fois sur-le-dos-surélevé en régurgitant, parce que ça a fait demi-tour! Alors, oui, je le couche sur le ventre, la journée car sinon il ne dort pas… déjà qu’il dort très peu! La nuit, comme on cododote, il dort sur le dos… et ne s’est jamais retrouvé sous la couette, ou la tête coincée on ne sait où, n’est jamais tombé… bref. Il dort bien étalé entre son papa et sa maman, et dort comme un petit ange! Il se réveille à peine quand il a faim ou besoin d’être rassuré, trouve le sein sacré dans un demi-sommeil et se rendort immédiatement tout comme moi. Et bien, tant qu’il ne fait pas ses nuits, le cododo c’est bien pratique! Mais semble t-il nous sommes des parents indignes qui mettons en danger notre enfant.

Bref.

Ca m’agace. Ca m’énerve. Oui ça m’agace et ça m’énerve qu’on culpabilise ainsi les parents, qu’on les juge, qu’on les fasse passer pour des parents indignes parce qu’ils pratiquent le cododo… ou pour bien d’autres raisons, car ils ne rentrent pas dans les normes sociétaires de l’éducation des enfants (genre “faut laisser pleurer les enfants sinon ils deviennent capricieux”, “faut pas trop porter un enfant sinon il ne sera pas autonome plus tard”, il faut ceci, il faut cela…).

Mais ZUT de FLUTE de REZUT!! Est-ce qu’on ne peut pas laisser les parents être et devenir parents? Est-ce qu’on ne peut pas leur laisser prendre leur place comme ils le ressentent? Faire leurs erreurs, se faire leur propre opinion des choses? Est-ce qu’on ne peut pas les laisser élever leurs enfants comme ils en ont envie?

Voilà, c’est mon coup de gueule du soir, car y’en a marre. Donc nous sommes des parents indignes, mais fiers de l’être!

A lire : http://lesmams31proposeseservice.wordpress.com/2013/06/08/le-cododo/

Suivez-moi!

Maud

Maman multi-casquettes, un brin écolo et pratiquant l'instruction en famille. Résolument optimiste, j'espère vous transmettre ma bonne humeur et ma douceur!
Pour en savoir plus sur moi c'est par ici !
Maud
Suivez-moi!

Les derniers articles par Maud (tout voir)

3 thoughts on “Nous sommes des parents indignes

  1. Je viens de lire cet article et j’avoue être complètement d’accord avec toi.
    Mon petit bout dormait très mal durant ses premiers mois. Je l’allaitais et il avait tout le temps besoin (et je dis bien BESOIN) de mon contact, de mon sein, de réconfort. Il ne dormait qu’avec moi ou sur le ventre. Au début je m’inquiétais, tout le personnel médical (pédiatre, médecin, ostheo, kine) me mettait en garde et me disait que je prenais un risque de MSN. J’étais angoissée. Et puis je me suis que ce qui était important c’est qu’il dorme, j’allais pas le laisser sur le dos en train d’hurler parce qu’il avait besoin de sommeil?!
    Je le prenais et il dormait la journée et la nuit sur moi. Et maintenant je ne regrette pas. Parce que je l’ai écouté. Parce que j’ai répondu a ses besoins.

    Il a dormi pendant 6 mois sur moi et aujourd’hui il n’est pas indissociable de moi, c’est un petit Loulou curieux, qui rigole facilement, qui est épanoui. Je suis convaincue que, justement parce que j’ai répondu a ses besoins quand il était tout petit, aujourd’hui il est bien dans ses “pompes”.
    Le cododo s’est imposé a moi a vrai dire je ne l’ai pas choisi.
    Mais j’ai adoré. Je regrette d’avoir autant douté et que l’on m’est autant culpabilisé.

    1. On nous culpabilise mais certaines études montrent aussi que le cododo (ou le lit dans la chambre des parents) réduit les risques de MSN… et puis après il faut le faire en sécurité (on évite si on a bu par exemple!)
      Moi aussi je regrette qu’on m’ait autant accusé de ne pas m’y prendre comme il faut, qu’on m’ait culpabilisée… mais je crois que c’est normal… c’est notre premier 😉

      Vient un moment où on arrive à s’affranchir du regard des autres et des conseilleurs! 🙂

      Enceinte, j’étais complètement hostile au maternage (allaitement long, cododo, portage) et puis c’est mon bébé qui a fait de moi la maman que je suis, une maman à son écoute, et je n’ai aucun regret si ce n’est comme toi d’avoir autant culpabilisé les premiers mois…

      S’il y a une chose dont je suis sûre c’est que comme tu dis, en répondant à leurs besoins, on fait des enfants bien dans leur peau!

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.