La vie pratique, vecteur d’autonomie

L’autonomie est un vaste sujet, que j’ai déjà abordé ICI, mais Petit Girafon était plus petit. Du haut de ses 2 ans, ce mot prend tout son sens. Si je m’interdis de me laisser polluer par les comparaisons (mon enfant sait faire ci, le mien faire cela…), j’essaie de rendre notre environnement propice au développement de son autonomie, et de laisser à Petit Girafon suffisamment de liberté pour qu’il puisse de lui-même progresser, selon ses envies et ses capacités.

La vie pratique est selon moi, un vecteur d’autonomie quasiment sans limite. Il n’y a pas besoin de forcer, de faire une activité “pour” que l’enfant acquièrent telle ou telle capacité. La vie pratique, c’est le quotidien, tous ces gestes que l’on fait sans vraiment y faire attention, mais qui sont pourtant essentiels et passionnent nos petits!

Par exemple, Petit Girafon adore passer le balai ou son petit aspirateur. Certes, il ne le fait pas “bien”, mais est-ce ce qui compte? En général, j’ai rarement peur qu’il se fasse mal, j’essaie aussi de ne pas considérer trop vite qu’il est “trop petit pour”. Je l’accompagne et même s’il y a des ratés, au fond est-ce si grave?

Je le laisse par exemple…

– jouer avec le balai, la balayette, l’aspirateur, les chiffons

– jouer dans la terre avec des petits outils

– se savonner

– touiller les préparations en cuisine

– mettre le linge dans la machine à laver

– m’aider à vider le lave-vaisselle (même quand il me tend les couteaux pointus)

– boire dans un vrai verre

– monter sur sa chaise pour attraper un bout de pain ou autre chose

– mettre ses papiers, ses couches à la poubelle

– essayer de se servir de l’eau

Ce ne sont que des exemples, la majorité des choses se font sans que j’y fasse tellement attention. Je m’appuie sur ses désirs, sur ses envies et je l’aide si besoin, je lui explique également s’il y a un danger (ex : couteaux pointus) ou une difficulté.

Je crois que la vie pratique n’est vraiment pas à négliger! Après, c’est bien sûr adapté à notre quotidien à chacun. Je vous ai donné quelques exemples de ce qui se passe chez moi, mais chacun fait selon son enfant… Petit Girafon s’en fiche royalement de s’habiller ou se déshabiller seul (ou même d’essayer), mais va monter un intérêt sans limite à bricoler avec son père. Pour d’autres enfants, s’habiller seul ou choisir ses vêtements seront vite une demande qu’ils feront…

L’avantage de la vie pratique c’est que l’autonomie vient avec le quotidien. Il faut juste se mettre dans la tête que ça va peut-être aller plus lentement, que ça sera parfois brouillon, qu’il y aura parfois de la casse… Mais c’est tellement important pour eux!

chantier

Et vous, l’autonomie ça vous inspire quoi?

Logo les jeudis éducationTous les jeudis ou presque on parle éducation avec les Wondermômes!

Ils parlent aussi autonomie :

  • Mamanfashionetseskids : Autonomie par
  • Mère Débordée : Une question d’autonomie
  • Ma p’tite tribu : L’autonomie pour plus de liberté

Ils abordent d’autres thèmes :

Maud
Suivez-moi!
Les derniers articles par Maud (tout voir)

4 thoughts on “La vie pratique, vecteur d’autonomie

  1. Je fonctionne aussi beaucoup comme toi, faire en fonction d’eux, même si en grandissant on leur demande aussi certaines choses (s’habiller seul autant que possible, mettre la table de temps en temps, etc) mais là je crois qu’on sort du cadre de l’autonomie 😉 En tous cas, hier c’est Bull2Boy qui a passé la serpillère, et il en était tout fier !

  2. Tout comme toi ^^ Je pense aussi qu’il est important de les laisser essayer sans penser à “il est trop petit” car c’est ainsi qu’on brime les envies d’apprendre

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.