Il aura fallu du temps pour que cette idée fasse son chemin. Cela fait bien deux ans que j’envisage le végétarisme sans sauter le pas. Cependant, dernièrement, avec l’accumulation de catastrophes naturelles… le côté non écologique de la consommation de viande a commencé à me revenir en pleine figure. Et puis, il y a quelques jours, j’ai vu passer une vidéo atroce sur un abattoir. Une de plus me direz-vous. Pour moi, ce fut celle de trop. Je ne veux plus participer à tout ça. Même si, évidemment, il ne se passe pas d’atrocités dans tous les abattoirs, tuer c’est tuer. Il n’y a pas de façon douce de le faire. Suite à cette vidéo, des images me sont revenues d’un jour où j’ai accompagné à l’abattoir, justement, l’agriculteur avec qui je travaillais. A l’époque, cela faisait partie des choses que je trouvais banales. Je suis petite-fille d’éleveurs laitiers. J’aime le monde agricole et l’élevage a toujours fait partie de ma culture familiale. Ce que j’ai vu dans la ferme familiale où je passais toutes mes vacances était très loin de ce que certains médias peuvent diffuser. Idem pour la ferme où j’ai eu l’occasion de travailler quelques mois. Le respect et l’amour des animaux y est présent. Véritablement.

Et jamais je n’irai cracher sur les éleveurs. Jamais. En revanche, je ne veux plus manger d’animaux. Je ne suis plus en paix avec ma conscience par rapport à ça. Me reviennent en mémoire ces agneaux que j’ai menés à l’abattoir et qui refusaient de sortir du camion… Ca pue la mort un abattoir. Ca sent la mort à des kilomètres en fait. Les animaux le savent, ils le ressentent.

Ce que je vais écrire maintenant va peut-être choquer… mais j’ai déjà tué des animaux. J’ai vu ma grand-mère, mon père tuer lapins et poulets. J’ai, de mon côté, aidé à égorger des canards. Je crois que sur le coup, je m’étais juste coupée de mes émotions. Parce que c’était il y a presque 10 ans. J’en ai un souvenir flou d’ailleurs. Je sais que pour certains l’idée de devoir tuer un animal est horrible et pourtant manger du steak en barquette ne les dérange pas. Attention, je ne juge pas, mais on vit dans un drôle de monde.

Pendant des années, j’ai tenté d’avoir une consommation réfléchie concernant la viande (et le poisson). J’ai choisi la qualité à la quantité. Aujourd’hui, je ne suis plus en harmonie avec ce choix. Je me sens hypocrite… Si je vivais dans un pays où j’étais obligée de chasser pour me nourrir, les choses seraient sans doute différentes, et mon rapport à tout cela aussi. Mais, je vis dans ce pays où la viande s’étale en milliers de barquettes en polystyrène, à des prix si bas que s’en est louche.

Je m’étais dit que j’attendrais après les fêtes, parce que c’est une période un peu difficile pour devenir végétarienne. Je ne vais pas mentir, j’aime la viande, tout comme j’adore le foie gras… que j’ai pourtant banni de mon alimentation l’an passé, car je ne voulais plus cautionner le gavage. Oui, j’aime la charcuterie aussi. J’adore les steaks bien saignants. Malgré tout, je crois être capable de m’en détacher. Même pendant les fêtes. Et je ne mourrais pas de faim.

Je ne veux plus manger d’animaux. C’est un truc un peu impérieux qui s’impose à moi, comme si j’avais eu ce vrai déclic que j’attendais. Désormais, j’espère que je ne reculerais pas à la première remarque de mon entourage. C’est ce qui me freinait beaucoup jusqu’à maintenant. Je n’ai pas envie de devoir me justifier sans arrêt. Je n’ai pas, non plus, envie d’embêter les gens lorsque l’on est invité (bien que l’on ait de plus en plus de végétariens dans notre entourage, ce qui facilite les choses ^^). Mais, j’imagine que ça va aller. De plus, je ne souhaite imposer ce choix à personne. C’est le mien, uniquement. Mon mari et mes enfants seront toujours libres de manger ce qu’ils veulent.

Pour moi, le végétarisme est comme la suite logique du chemin que je suis… vers une vie plus saine et plus respectueuse de la planète. Je ne sais pas si ce pas sera finalement facile à franchir pour de bon, mais je regretterais de ne pas essayer.

Suivez-moi!

Maud

Maman blogueuse pro allaitement, maternage et éducation positive, pratiquant l'instruction en famille. Rédactrice web et traductrice. Résolument optimiste, j'espère vous transmettre ma bonne humeur et ma douceur!
Pour en savoir plus sur moi c'est par ici !
Maud
Suivez-moi!

Les derniers articles par Maud (tout voir)