Deux livres féministes

Aujourd’hui, je vais aborder une thématique qui me tient particulièrement à coeur, même si je n’en parle pas très souvent ni ici ni sur mes réseaux : le féminisme. Je suis résolument féministe, et cela n’a rien d’un gros mot. Je souhaite que mes enfants grandissent dans un monde plus équitable et plus égalitaire. J’aimerais que ma fille puisse gagner le même salaire qu’un homme à travail égal, qu’elle puisse avoir accès aussi facilement qu’un homme à des postes à responsabilités si c’est son souhait. Je lui souhaite de pouvoir vivre libre sans subir en permanence le poids des injonctions sur son physique ou la manière dont elle devrait mener sa vie. Et pour mon fils, je lui souhaite de pouvoir se détacher de cet héritage patriarcal pesant, sans devoir subir moqueries et autres joyeusetés. Bref, je pourrais en parler pendant des heures 😉

Du coup, je vais plutôt laisser la parole à deux livres féministes que j’ai lus dernièrement et qui m’ont bien plu !

Livre féministe

Le coût de la virilité

Lucile Peytavin

Editions Anne Carrière

17,50€

« En France, les hommes sont responsables de l’écrasante majorité des comportements asociaux : ils représentes 84% des auteurs d’accidents de la route mortels, 92% des élèves sanctionnés pour des actes relevant d’atteinte aux biens et aux personnes au collège, 90% des personnes condamnées par la justice, 86% des mis en cause pour meurtre, 97% des auteurs de violences sexuelles, etc.

La liste semble inépuisable. Elle a surtout un coût. Un coût direct pour l’Etat, qui dépense chaque année des dizaines de milliards d’euros en services de police, judiciaires, médicaux et éducatifs pour y faire face. Et un coût indirect pour la société, qui doit répondre aux souffrances physiques et psychologiques des victimes, et subit des pertes de productivité et des destructions de biens. Pourtant, cette réalité est presque toujours passée sous silence.

Lucile Peytavin s’interroge sur les raisons de cette surreprésentation des hommes comme principaux auteurs des violences et comportements à risque, et tente d’estimer les conséquences financières de l’ensemble de ces préjudices pour l’Etat et donc pour chaque citoyenne et citoyen. Quel est le coût, en France, en 2020, des conséquences de la virilité érigée en idéologie culturelle dominante ? L’autrice nous pose la question : n’aurions-nous pas tous intérêt à nous comporter… comme les femmes ? »

J’ai gagné ce livre à un concours et je ne regrette pas d’avoir pu le lire car je l’ai trouvé très intéressant. Son autrice Lucile Peytavin est historienne, spécialiste du travail des femmes dans l’artisanat et le commerce. Elle travaille sur la lutte contre la précarité des femmes au sein du Laboratoire de l’égalité, depuis 2016. Ce livre est son premier essai.

J’ai trouvé l’angle d’attaque original et intéressant. L’autrice s’appuie sur des données chiffrées dont les sources sont fiables. Et il en ressort effectivement de manière flagrante que la population masculine est responsable de la grande majorité des comportements problématiques : violences, destructions, accidents mortels, viols, etc.

Elle s’interroge sur la nature et la source de ces comportements. Sont-ils innés ? Sont-ils le fruit d’une construction culturelle et sociétale ? Quelles conséquences ?

J’ai trouvé quelques passages un peu tirés par les cheveux, mais la réflexion est vraiment intéressante et j’ai apprécié que l’autrice souligne le fait que femmes comme hommes, nous sommes toutes et tous victimes d’un système patriarcal qui valorise trop la virilité et minimise certains comportements qui en découlent. Et j’ai aimé ce point de vue « financier » qu’elle adopte et qui apporte un éclairage étonnant à ces problématiques.

***

Livre féministe

Depuis quand les femmes vous doivent d’être jolies ?

Florence Given

Editions Contre-Dires

16,90€

« Avec ce livre, à la fois terriblement drôle et totalement sérieux, finis les discours paternalistes du siècle dernier : il est temps d’apprendre à vous faire confiance, à vous aimer, à vous accepter… Et, enfin, il est temps que vous compreniez, une bonne fois pour toutes, que vous ne devez absolument rien aux hommes, et encore moins d’êtres jolies pour eux. L’amour de votre vie, c’est vous ! »

« Et, enfin, il est temps que vous compreniez, une bonne fois pour toutes, que vous ne devez absolument rien aux hommes, et encore moins d’êtres jolies pour eux. » Il ne fallait pas plus que cette phrase pour me hameçonner !

Florence Given est artiste et écrivaine. Elle a un compte instagram sur lequel elle partage des illustrations sur des sujets sociétaux sensibles. Elle profite de sa notoriété pour sensibiliser aux causes qui lui tiennent à coeur, tels que les problèmes liés à la sexualité, au consentement, à la couleur de peau et au genre.

Ce livre est vraiment chouette. Il devrait tomber dans les mains des adolescentes et jeunes adultes. Il est percutant et il peut chambouler, car il énonce des vérités parfois difficiles, et personnellement il m’a mise face à certaines de mes dissonances. C’est un livre qui a beaucoup fait écho en moi. Parce qu’il parle de certains de mes vécus passés, parce qu’il met en lumière ce que j’accepte de subir aujourd’hui encore.

L’autrice est cash, elle n’y va pas par quatre chemins. Cependant, il y a toujours beaucoup de bienveillance. Elle nous interroge sur nos constructions mentales, sur toutes ces injonctions tellement intériorisées, sur notre place dans le monde. Elle nous pousse à nous questionner et à nous remettre en question, et cela n’est pas toujours confortable. Cependant, c’est très enrichissant. Dans ce livre, il est question de liberté, de respect de soi et des autres, de sexualité, de consentement, de privilèges, de choix de vie… Le tout émaillé par de belles illustrations. C’est vraiment un livre que je conseille à toutes les femmes, même si je me suis parfois sentie un peu « vieille » en le lisant 😉

En le lisant, j’ai pris conscience du chemin parcouru mais j’ai aussi mesuré la distance qu’il reste à avaler. Cette lecture a appuyé, parfois, là où cela fait mal, mais parfois c’est nécessaire et bénéfique.

***

Voilà ! Je ne peux que vous conseiller ces deux lectures, même si je suis consciente qu’elles peuvent ne pas plaire 😉

Maud
Suivez-moi!
Les derniers articles par Maud (tout voir)

One thought on “Deux livres féministes

  1. Ping : Deux livres féministes – Les Blogueuses

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.