La culpabilité autour de l’allaitement #SMAM

Cette semaine, c’est la Semaine Mondiale pour l’Allaitement Maternel (ou SMAM) dans de nombreux pays (en France ce sera en octobre… ne me demandez pas pourquoi ^^). C’est donc tout naturellement que je vais vous parler un peu de ce sujet qui me tient tellement à coeur. Je n’ai d’ailleurs qu’une seule hâte… remettre ça avec cette demoiselle qui va bientôt arriver! 🙂 Je vous avais parlé de ce choix qui pour moi relève juste de l’évidence (clic clic). Vous allez donc en entendre parler souvent 😉

Depuis le début de mon premier allaitement il y a 3 ans et 4 mois avec Petit Girafon, j’ai remarqué une chose… C’est qu’il règne une grande culpabilité autour de l’allaitement. Tout d’abord, il y a la culpabilité de la mère, de cette maman qui a peur de ne pas y arriver, qui se sent nulle si elle arrête pour quelque raison que ce soit, qui vit cela comme un échec. Et puis il y a un sentiment de culpabilité plus général.

C’est très courant qu’on lise, sur les réseaux sociaux notamment, que les partages d’articles parlant d’allaitement culpabilisent les mamans qui n’ont pas pu/voulu allaiter, alors même que ces articles ou études sont partagés à titre informatif. J’ai lu dernièrement qu’il faudrait arrêter de parler d’allaitement. Ah bon? Pourquoi? Les réactions sont souvent violentes et personnellement m’attristent… Alors, au 21e siècle il faudrait taire les informations vraies ?

J’avoue que j’ai du mal à comprendre pourquoi tant de mères se sentent comme agressées par les articles parlant d’allaitement maternel. Est-ce parce qu’elles ne se sentent pas totalement en accord avec leurs choix ? Je me pose réellement la question, car je n’ai pas la réponse. Je n’arrive pas à voir en quoi parler des bienfaits de l’allaitement aurait pour but de culpabiliser les mamans qui ont fait un autre choix (volontairement ou contraintes). Dire que le lait maternel est ce qu’il y a de meilleur est objectivement juste. La nature nous a conçues pour nourrir avec notre propre lait notre enfant, tout comme la vache produit un lait parfaitement adapté à son veau, la chèvre à son chevreau etc. Pour autant, le dire est-ce condamner les mères qui font le choix du lait artificiel ? Je ne crois pas. Montrer en quoi le lait maternel peut favoriser une meilleure immunité (j’ai bien dit “peut”… ce n’est pas une science exacte…), en quoi il peut protéger d’avantage les mères contre le cancer du sein… Est-ce pour culpabiliser les mères qui ne font pas le choix d’allaiter? Non. Je ne crois toujours pas.

Alors d’où vient ce sentiment collectif de culpabilisation dès qu’on cause allaitement, dès qu’on diffuse une information concernant l’allaitement ?

On trouve souvent les allaitantes un peu trop… enthousiastes, lorsqu’elles défendent leur choix. Oui c’est vrai que parfois on s’emballe un peu! Mais, dans une société où le lait artificiel est la norme de nourrissage des bébés… où l’allaitement est victime de nombreux préjugés, où les mères allaitantes sont sans cesse inquiétées et culpabilisées (poids du bébé par exemple), voire accusées (cf. allaitement long)… N’est-il pas important de lui redonner sa juste valeur? N’est-il pas important de diffuser des informations justes et qualitatives, de manière objective afin d’informer? … d’informer TOUS les publics, mères allaitantes et non allaitantes, futures mamans, mamans averties… Sous prétexte que cela culpabiliserait les mamans non allaitantes, il faudrait que l’allaitement reste “privé” et qu’on n’en parle pas, quitte à ce que les préjugés et les idées reçues continuent leur chemin sans encombre ?

Je pense que vous connaissez mon positionnement.

Je suis clairement pro allaitement, mais je ne suis absolument pas contre le lait artificiel. Je suis pour le choix de chaque mère. MAIS, je suis pour le choix en connaissance de cause. Je ne milite pas pour que toutes les femmes succombent à l’allaitement. Ce serait un non sens. Non, je me mobilise pour que chaque mère, que chaque future maman puisse faire son choix en ayant toutes les clés en main, en ayant eu accès à une information juste et vraie. Cela me semble tellement important! Non?

Je n’ai pas de réponse sur le pourquoi du comment il y a autant d’agressivité autour de l’allaitement… Au fond, je crois que je ne comprends même pas pourquoi il y a des débats. Des discussions oui, des échanges d’expériences… mais je comprends mal les polémiques… Je ne suis, malheureusement, pas certaine que cela cessera un jour.

En attendant, de mon côté, je vais continuer à diffuser des informations qui me semblent pertinentes 🙂

Maud
Suivez-moi!
Les derniers articles par Maud (tout voir)

12 thoughts on “La culpabilité autour de l’allaitement #SMAM

  1. Je pense que tu as du mal à comprendre car tu n’as jamais été de l’autre côté de la barrière. Nous les mères qui n’avons pas pu allaiter notre enfant , nous devons sans arrêt nous justifier, et on est considérées comme égoïstes voire parfois maltraitantes (oui oui je vous l’assure ). Les femmes qui donnent le biberon ne sont pas tout le temps en train d’essayer de dire que le biberon c’est mieux que l’allaitement, même si par certains aspects ça l’est (biberon =on contrôle mieux ce qu’on donne au bébé, allaitement = on donne plus d’anticorps). Donc oui cette propagande pour dire sans cesse qu’allaiter c’est mieux, c’est hyper lourd!

    1. Avant d’allaiter mes enfants, je n’avais aucune figure d’allaitement autour de moi, ce qui me paraissait normal, c’était le biberon… et en réalité, la nature nous a fait pour nourrir au sein. Mais, nous avons la chance de pouvoir choisir et aucune mère ne devrait culpabiliser de son choix, tout comme aucune mère ne devrait juger les choix d’une autre (ce qui est loin d’être le cas).
      De façon objective, le lait maternel est ce qu’il y a de mieux pour le bébé, puisqu’il est conçu pour (tout comme le lait de la vache est fait pour le veau, celui de la chèvre pour le chevreau). En revanche, allaiter reste un choix et il vaut mieux un biberon donné avec sérénité qu’un sein à reculons.

      Par contre, de mon côté je pense qu’il est primordial qu’il y ait d’avantage d’informations quant à l’allaitement, sans culpabiliser les mères, mais leur donner des informations justes et claires, pas relayer des préjugés.

      C’est vrai que les mères qui n’allaitent pas peuvent subir des remarques blessantes de la part de professionnels ou d’autres mères.. mais les allaitantes, nous en prenons plein la figure aussi 😉 J’ai aussi été traitée d’égoïste car à cause de moi, personne ne pouvait nourrir mes bébés à ma place ^^ J’ai aussi entendu qu’en allaitant mes enfants au-delà d’un an j’avais un comportement malsain.

      Bref, on a chacune nos chevaux de bataille, je pense juste que la polémique ne devrait pas avoir lieu d’être autour du choix du nourrissage de son enfant. Il faudrait seulement, pour moi, que chaque mère puisse être informée et accompagnée correctement quel que soit son choix… et on en est loin, vraiment loin…

  2. Entièrement d’accord avec toi . C’est pénible de ne pas pouvoir discuter des bienfaits de l’allaitement sans que les autres mamans se braquent . Le lait industriel est inférieur au lait maternel, ce que tout le monde sait, mais à quel point est il inférieur ? Et c’est là où se situe le noeud du problème… Le meilleur après le votre c’est bien mignon mais c’est un slogan marketing destiné à faire du pognon.

    1. C’est ça, comme si c’était tabou de parler “allaitement”… Ce n’est pas parce qu’on affirme que le lait maternel est, objectivement, ce qu’il y a de meilleur pour l’enfant, qu’on juge les mères qui donnent du lait artificiel…
      Malheureusement, le lait artificiel bourré d’huile de palme a encore de beaux jours devant lui…

      1. Oui je suis complétement d’accord ! Une fois j’ai goûter du lait infantile par curiosité… ! C’était tellement lourd, le goût était gras et plat, comparé au lait maternel tellement plus léger, plus floral, plus goûlu quoi !

  3. Merci pour cet article. J’ai exactement le même positionnement que toi et les même interrogations. Moi ce qui me scandalise ce sont les professionnels de santé qui sont souvent à coté de la plaque et notamment les pédiatres.
    Et je suis un peu en colère quand j’entends des témoignages de maman qui ont souhaité allaiter mais n’y sont pas parvenu faut d’un accompagnement suffisant.

    Et Ju, je t’invite vraiment à te tourner vers une conseillère en lactation. Il n’est jamais trop tard. Certe, cela sera un peu compliqué mais bine accompagné, il n’y a pas de raison. Bon courage.

  4. Super article Maud!

    C’est vrai que c’est assez fou qu’il y ai cette image autour de l’allaitement. Je pense aussi que chacune devrait être libre de ses choix sans avoir à se justifier… Lorsque Ella avait environ 3 – 4 mois, on me demandait déjà “et tu pense continuer combien de temps?” Les gens ont parfois cet air qui c’est vrai rend parfois coupable, se sentir obligé de fournir une réponse, à devoir se justifier… Chose qui n’arrive pas aux Mamans n’ayant pas fait ce choix… Bref, nous seront toujours jugé quoi que l’on fasse j’ai l’impression …

    Belle journée,
    Bisous,
    Mariella

  5. Très belle “réaction” 🙂 Je pense comme toi que l’on peut être “enthousiaste” quand on parle de notre choix de l’allaitement, de faire partager notre expérience, sans penser à ce sentiment de culpabilité qu’il peut déclencher chez d’autres mamans qui n’ont pas pu / voulu allaiter ! D’ailleurs chez la plupart des pro-biberons que je connais, elles aussi sont “fières” de parler de leur choix (notamment celle de la facilité et du partage des tâches avec le papa …)

    Je ne savais pas que la SMAM était actuellement dans d’autres pays : l’an passé en Octobre, j’avais assisté à une conférence de Véronique Darmangeat sur l’allaitement / reprise du travail 😉 Je regarderai le problème pour cette année …

    Bientôt la fin pour toi aussi ? Pas de “fausse alerte” ? Moi des tiraillements / des angoisses et une miss très agitée le soir mais en définitive, pas vraiment de “contractions” je pense.

    Bonne journée à toi 😉

    1. Oui plus que 12 jours au compteur ^^
      Je n’en peux pluuuuuus! Je sens que le travail se met doucement en place… mais pour l’instant la demoiselle apprécie sa piscine 😉
      Courage à toi pour ces derniers jours! :-*

      1. J’ai aussi l’impression que ça se met au travail et des pressentiments mais au final, RIEN donc je me demande si elle ne va pas finir par rester plus longtemps au chaud, comme son grand frère il y a deux ans avec ses 2 jours en plus au compteur … :-)) Courage à toi aussi ! ! !

  6. Réflexion intéressante 😉

    Personnellement, plus j’y réfléchis, plus j’ai l’impression que tout ces “débats” ne sont que du vents et cachent un problème plus profond : l’ignorance par la désinformation.

    Par exemple, je lisais hier un article à propos d’une jeune fille tombée enceinte à 13 ans, qui racontait qu’elle n’avait juste aucune idée de ce qu’étaient les rapports sexuels, de comment on tombe enceinte, ni des signes de la grossesse. C’est sa mère qui l’a remarqué finalement. La jeune fille disait “je ne savais pas à quoi ressemblait une femme enceinte…”.

    Ce genre de choses me font halluciner parce qu’en ce qui concerne l’allaitement, à ne pas vouloir en parler, ni le montrer, on va arriver à ce même état.

    Et je me demande à quel moment on s’est déconnecté de notre nature profonde et instinctive de femme.
    Le corps de la femme est un grand inconnu, réagissant à des phénomènes qui nous dépassent souvent. La grossesse, l’accouchement, l’allaitement, mais aussi les menstrues, sont – je trouve – les manifestations de cette nature profonde et mystérieuse.

    Je crois qu’on sait toutes – plus ou moins consciemment – comment faire avec notre corps… comment se nourrir pendant la grossesse par exemple, dans quelle position accoucher, comment allaiter, quand quelque chose ne va pas, ou quand quelque chose fonctionne très bien….
    Le problème, c’est qu’on est bombardé.e.s d’informations contradictoires, d’injonctions, d’impositions, de “conseils”…. qui bâillonnent notre petite voix intérieure.

    La culpabilité vient sans doute de là : de devoir renoncer à notre propre envie, à notre propre façon de faire, de devoir taire notre instinct… il en devient insupportable que d’autres se le permettent, alors on impose aux autres ce renoncement… ou on le provoque.
    Et tout le monde souffre.

    En ce qui concerne l’allaitement, je crois que les femmes qui allaitent devraient le faire n’importe où, n’importe quand, n’importe comment. Peu importe les remarques, les critiques. Juste répondre un “non” – plein de sympathie et de tranquillité, quand quelqu’un demande à cacher un sein ou à allaiter dans les toilettes par exemple.
    Je pense qu’il faudrait aussi arrêter les publicités qui vantent les mérites de biberons ou de lait maternisé avec une femme entrain d’allaiter. Parce que c’est typiquement le genre de message de type “injonction paradoxale” qui ne permettent pas de se positionner selon son propre choix.
    Je pense qu’il faudrait que les enfants et les jeunes femmes voient des femmes allaiter sans fausse pudeur, mais avec plein de joie, de jeux et de plaisirs partagés. Cette image s’inscrirait dans leur esprit, de façon bien plus forte que toutes les publicités ou messages de la part du ministère de la santé par exemple, et d’ici 1 ou 2 générations, ce débat stérile sein/biberon aura bien moins lieu d’être.

    On peut gagner des batailles sans se battre 🙂

    Maman BABI en mode Zen ^^

  7. Bonjour,

    J’ai essayé d’allaiter ma fille mais je n’y suis pas arrivée.
    J’ai tiré mon lait pendant un peu plus d’1 mois puis j’ai arrêté. Alors oui je suis frustrée, je me sens coupable de ne pas avoir réussi. J’ai envie de pleurer quand je lis des articles ou quand je vois une maman donner le sein.
    Ma fille a 5 mois et se porte bien mais j’ai l’impression d’avoir été privée de quelque chose de merveilleux. Je me dis sans cesse j’aurais du faire comme ci ou comme ça mais c’est trop tard… J’ai même pensé essayer de reprendre récemment…
    C’est juste que c’est dur de voir le bonheur que cela procure et d’en avoir été privée.
    De là à agresser quelqu’un sur le sujet…

    Profite bien de ces merveilleux moments qui t’attendent…
    Je compte réussir pour mon prochain 🙂

    Ju

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.