Je suis une femme du monde, pour la Paix.

Hier soir, Papa Girafe en venant se coucher m’a dit ce qui se passait… dans un brouillard, à moitié endormie je crois que je n’ai pas bien compris. Ce matin, j’ai ouvert facebook et j’ai vu, tous ces statuts… J’ai décidé de ne pas m’attarder sur ce réseau social… Car je souhaitais choisir mon canal d’information, et surtout éviter la désinformation. Je me suis préparée, on est allé faire les courses en famille… Et en rentrant, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai lu, j’ai vu ces images… J’ai le coeur en miettes, les yeux plein de larmes… Dans quel monde vit-on? Comment en est-on arrivé là?

Et j’ai envie d’affirmer que je suis une femme du monde. Je ne suis pas juste française, je ne suis pas seulement la France ou Paris. Je suis en deuil pour le monde. Je pense à ces familles qui ont perdu un fils, un frère… Je pense à ces hommes et ces femmes qui ont perdu un ami… Et enfin, je pense à tous ces enfants dans le monde qui naissent dans la guerre, qui vivent avec la peur chaque jour. J’y pensais déjà, souvent, avec beaucoup de peine, j’y pense égoïstement encore plus aujourd’hui, car on peut palper de si près ce qu’ils vivent au quotidien…

Et je suis triste de voir que l’intolérance pointe déjà son nez sur les réseaux sociaux, alors que souvent on lutte pour la même chose, pour un monde en paix, pour un monde meilleur pour nos enfants. La paix dans le monde est quelque chose qui me colle à la peau depuis que je suis petite… j’ai toujours été très sensible à la guerre, et je n’ai jamais pu comprendre ce qui pousse à l’homme à tuer, quelles raisons peuvent être plus importantes qu’une vie humaine.

Aujourd’hui, j’affirme ma position de femme du monde. Comme chacun, je vais rester solidaire, j’irai donner mon sang la semaine prochaine, comme je le fais toutes les 8 semaines… Et surtout, je vais continuer à élever mon fils dans la douceur, pour lui donner les clés pour devenir un adulte empathique et tolérant, pour que la confrontation, que la guerre n’ait pas de sens pour lui, que la violence ne fasse pas partie de sa manière de vivre.

Je ne panique pas aujourd’hui, même si la menace si proche de guerre me fait peur. Mais je suis surtout profondément triste. Triste pour tous ces innocents là au mauvais moment. Triste pour tous ceux qui vont connaître la peur chaque fois qu’ils sortent de chez eux. Triste car j’ai honte de ce monde qu’on laisse à nos enfants, où on tue pour des idéaux incompréhensibles (d’ailleurs on entend « idée – haut »… mais non tout ça n’a rien de « haut »…). Enfin je suis triste car encore une fois il y aura des amalgames…

J’ai les mains qui tremblent, j’ai des frissons qui me parcourent le corps… Mais je ne resterai ni branchée sur facebook ni sur BFM, car la vie continue malgré tout, et ce futur plus paisible c’est à nous de le construire, en commençant par mettre la paix au coeur de nos foyers, et en nous reconnectant aux autres. Alors, serrez dans vos bras vos enfants, réconciliez vous avec votre conjoint, un frère ou une soeur… Ouvrez votre porte à celui qui en a besoin et gardez espoir.

Je ne souhaite pas surfer sur la vague avec cet article. Ce sera le seul et unique que j’écrirais sur ce sujet, mais je suis tellement touchée, j’ai le coeur brisé par cette humanité en perdition que j’avais besoin d’écrire quelques lignes…

Comment en est-on arrivé là?

Maud
Suivez-moi!
Les derniers articles par Maud (tout voir)

Be the first to reply

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.