Je n’ai pas reçu de fessée et je vais bien #éducation #témoignage

Il y a quelques semaines, j’ai lancé un petit appel à témoin sur la page du blog. Faisant suite aux nombreux débats stériles qui ont suivi l’annonce de l’acceptation par l’Assemblée Nationale du texte de loi interdisant tout châtiment corporel. Comme vous le savez, mon avis est assez tranché sur la question. Je suis contre toute forme de violence éducative et je ne hiérarchise pas cette violence. Taper c’est donner une fessée, une petite tape sur la main ou la couche… Tout autant que tabasser son enfant. Dans les deux cas, on lève la main sur un être plus petit que soi, qui ne peut pas se défendre. Après, on n’est pas infaillible et parfois on est dépassé… La main peut partir toute seule… Cela peut arriver oui, sans faire de nous un mauvais parent. Mais je ne comprends pas que l’on revendique la fessée comme méthode éducative. Enfin, ça n’est pas le sujet du jour 😉

J’ai eu envie de recueillir des témoignages de parents, d’adultes ayant eu la chance enfant de ne pas être élevés avec des fessées, ayant eu la chance d’avoir une éducation différente. Et j’ai eu de très beaux témoignages, qui j’espère pourront montrer que c’est bel et bien possible d’éduquer ses enfants autrement, que ça n’en fera pas des êtres capricieux ni des adultes inadaptés. De mon côté, j’ai eu la chance d’avoir des parents qui avaient une grande confiance en nous. Ils nous ont laissé cette part de liberté dont nous avions besoin. Ils ont toujours été là pour nous épauler dans nos erreurs et nos échecs, ils nous ont laissé expérimenter et ne nous ont jamais puni. Après… on a reçu des gifles, ma maman criait facilement quand la fatigue s’accumulait (et j’ai hérité de ça…). Ils ont fait au mieux, et jamais je ne leur en voudrais, même si j’ai fait d’autres choix éducatifs, qu’ils respectent et n’ont jamais remis en cause.

Cet article va certainement être un peu long, car j’ai envie de partager avec vous un maximum des témoignages reçus 🙂 J’espère que ces expériences pourront vous aider à avancer dans vos cheminements, qu’ils pourront vous booster si vous êtes, comme moi ces temps-ci, dans une période moins simple… Vous verrez qu’aucune éducation n’est parfaite, mais que les parents font au mieux. Dans tous ces témoignages, un cheminement bienveillant était déjà en route. Ah et excusez-moi d’avance pour le terme “bêtise” que j’ai utilisé… Je ne sais pas par quoi le remplacer ^^ Bonne lecture !

***

Peux-tu te présenter? Nous parler un peu du cadre dans lequel tu as grandi ? Comment définirais-tu l’éducation que tu as reçue de tes parents?

“Bonjour, je m’appelle Marie j’ai 29 ans. J’ai un petit frère handicapé mental, mes parents sont mariés depuis 33 ans. Mon papa a assuré l’éducation quotidienne, étant plus à la maison que ma maman qui travaillait beaucoup. Nous étions une famille très aimante et durant mon enfance, j’étais plutôt heureuse. J’ai reçu une éducation classique, avec un apprentissage de la politesse, des bonnes manières et du respect. (Marie)

“J‘ai été élevée par ma mère seule, avec 5 frères et soeurs. Mon père est parti quand j’avais 5 ans, ma soeur 3 ans. Ma mère travaillant à temps plein pour nous élever, avait peu de temps il est vrai et donc a instauré dès notre plus jeune âge un climat de confiance et “donnant donnant”. Dans un premier temps surtout par manque de temps. (D.)

“J’ai 35 ans, et j’ai grandit dans une famille plutôt “standard” avec une petite sœur. Mes parents étaient plutôt portés sur la bienveillance, et nous avons grandit près de la nature. Ils ne nous disputaient pas. Les seuls petits conflits qu’il y avait dans la maison étaient ceux entre ma sœur et moi. (Un papa).”


Comment étaient gérés les conflits, les “bêtises” ?

“Petite, j’étais “punie” en isolement au coin ou dans ma chambre. Toutefois, cela n’arrivait que peu de fois, je “craignais” mes parents (sans aucune raison apparente) et donc la menace de la punition suffisait à me faire rentrer dans le bon chemin. Ado, mes parents étaient “déçus” de moi quand je faisais une bêtise et cela suffisait pour me faire réfléchir à mon comportement. Mes parents criaient très rarement et n’ont jamais levés la main sur moi. (Marie)

“Pour les bêtises je n’ai pas vraiment de souvenirs toute petite, mais une fois, adolescente, je suis sortie et n’ai pas respecté l’horaire de retour, et en plus je suis rentrée éméchée… à l’arrivée ma mère m’a fait les yeux noirs et m’a dit d’aller me coucher, que maintenant que j’étais rentrée elle allait pouvoir se coucher et qu’elle avait été très inquiète. A l’aube, elle m’a réveillée, m’a donné l’aspirateur et m’a fait bouger. J’avais mal à la tête mais pas eu le droit de prendre quoi que ce soit avant d’avoir fini. Quand j’ai eu fini, on a reparlé de la soirée, elle m’a demandé pourquoi je n’avais pas respecté l’heure et m’a fait la morale sur l’alcool, sans m’interdire pour autant d’en boire à l’avenir. Elle m’a réexpliqué les dangers, et m’a renvoyée dans ma chambre pour me reposer. Une autre fois, plus petite (vers 10 ans je pense, ma soeur 8 ans) , nous avons pris son spray au poivre dans son sac, et avons voulu essayer. Nous avons essayé à la fenêtre et le jet est revenu directement dans nos yeux. Ma mère travaillait à 200m de la maison, nous sommes allées la voir, elle a regardé nos yeux, et nous a renvoyées à la maison avec pour conseil de mettre un linge frais dessus, nous disant que nous avions été assez punies de notre erreur. Le soir en rentrant, elle a regardé nos yeux et nous a expliqué ce qu’était ce spray, pourquoi elle l’avait et a quoi ça servait. Quand elle était vraiment au bout, elle nous envoyait dans notre chambre et généralement ça nous suffisait pour nous calmer. (D.)
Mes parents haussaient très rarement la voix, et pour le peu que je me rappelle, ils prenaient le temps de nous expliquer les choses, et de mettre des mots sur les émotions qu’ils pouvaient ressentir. (Un papa).”


De quelle manière les choix éducatifs de tes parents ont-ils influencé l’adulte que tu es devenue ? Ont-ils une influence sur ta manière d’élever tes propres enfants ?

“Ils m’ont permis d’aller plus loin. Je n’ai pas de chemin à faire pour supprimer les violences physiques de l’éducation puisque pour moi ça n’existe pas dans mon schéma. Par contre, je veille à être encore plus dans la bienveillance et de supprimer toutes les violences verbales et les punitions. (Marie)

“Je pense que mon éducation a forcement joué sur l’adulte que je suis devenue. J’ai fait des études par la suite dans la petite enfance et donc acquis des bases et connaissances plus solides dans la prise en charge des enfants. Compte tenu du fait que mon éducation ait plutôt réussi sans violences de la part de ma mère, il m’a toujours été évident de continuer ainsi avec mon fils. (D.)

Je pense que l’éducation que j’ai reçu m’a influencé, dans le sens où, personnellement, je suis une personne tolérante et réfléchie. Je suis ouvert à la communication non violente, même si je lis beaucoup moins sur le sujet que mon épouse.
Pour moi, il était hors de question d’utiliser la violence physique (fessée…), les punitions ou les violences verbales pour éduquer mon enfant : j’ai été construit sans tout cela, c’est vraiment ma manière de vivre.
(Un papa).”

***

Cet article étant déjà très long… J’ai décidé de partager avec vous les autres témoignages dans deux prochains articles. Je remercie vraiment ceux qui ont accepté de me prêter leur expérience 🙂 Et je vous présente aussi mes excuses, j’ai du réaliser quelques petites coupes parfois dans vos témoignages ^^ J’espère que vous ne m’en voudrez pas!

En tout cas, de mon côté, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire tous ces mots et cela m’a donné espoir. Car finalement l’effet boule de neige existe… Et il semble que la bienveillance, que l’éducation non violente se “transmette” aux générations futures. Je me suis dit, à la suite de toutes ces lectures, que les efforts que ça me demande au quotidien, que le travail que j’effectue sur moi pour chaque jour m’améliorer… et bien ce sont autant de petits cailloux précieux que je transmets à mes enfants, qu’ils transmettront à leur tour aux leurs, en mieux, en plus abouti.

Bref, merci encore à eux et à vous qui avez pris le temps de lire ce long billet. N’hésitez pas à me laisser vos impressions en commentaire! 🙂

Suivez-moi!

Maud

Maman multi-casquettes, un brin écolo et pratiquant l'instruction en famille. Résolument optimiste, j'espère vous transmettre ma bonne humeur et ma douceur!
Pour en savoir plus sur moi c'est par ici !
Maud
Suivez-moi!

Les derniers articles par Maud (tout voir)

4 thoughts on “Je n’ai pas reçu de fessée et je vais bien #éducation #témoignage

    1. Comme je le dis au début, ce ne sont pas des modèles d’éducation parfaite 😉
      J’ai un autre article en préparation, qui montrera l’effet “boule de neige”… Ca commence à tâton par une génération, avec ses erreurs, et puis de génération en génération, les “erreurs” se reproduisent de moins en moins 🙂

  1. Merci beaucoup Maud pour ce bel article. Cela me fait réfléchir sur l’éducation que j’ai reçue (punitions, châtiments corporels (fessées, claques, et parfois plus … genre martinet, chaussure en bois, etc). C’était violent, parfois vraiment beaucoup trop pour l’enfant que j’étais. Je n’en veux pas à mes parents, c’est ce que eux avaient connu et ils étaient démunis face à l’éducation. Mais je ne souhaite pas reproduire non plus ce schéma qui me térifiait étant enfant et était extrêmement douloureux.

    C’est marrant, je me rappelle beaucoup plus de l’efficacité de certains mots (le fameux “faute avouée à moitié pardonnée” de ma maman qui m’a aidée à arrêter de mentir bien plus que les fessées ou autre), certaines explications sur mes “bêtises”, avec plaisir, que de l’efficacité de ces violences physiques ou verbales, qui me blessaient, me terrorisaient et me laissaient dans un sentiment d’injustice et de totale incompréhension.

    En tant que maman en devenir, je souhaite vraiment pouvoir délivrer une éducation bienveillante à ce futur petit bout … Comme toi Maud, j’ai des inquiétudes et des doutes, j’ai peur de ne pas être à la hauteur, mais ton expérience et tes témoignages me rassurent et me montre que je dois m’accrocher 🙂 En tout cas, avec chéri j’espère que nous arriverons à faire face et à offrir ce beau cadeau à futur bébé !!

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.