Eloge de la lenteur, Carl Honoré #lecture

Eloge de la lenteur, best seller paru en 2004, traduit en plus de 30 langues, écrit par Carl Honoré, journaliste canadien et porte-parole du mouvement Slow. Ce dernier nous invite à nous questionner sur nos vies. Son livre n’est pas un mode d’emploi de la philosophie de la lenteur, mais plutôt une réflexion sur les domaines où nous pouvons (devrions?) ralentir, apprendre à prendre le temps. Quand ma copine Alice lisait un autre de ses ouvrages, je me suis souvenue qu’il était l’auteur de l’Eloge de la lenteur et j’ai eu envie de découvrir ce livre dont j’avais étudié des extraits.

Depuis petite, j’ai toujours eu ce sentiment de “trop”, que j’avais trop à faire et pas assez de temps pour ne rien faire. Pour autant, j’ai toujours détesté m’ennuyer, et j’ai aujourd’hui toujours beaucoup de mal à rester sans rien faire ou même à ne faire qu’une seule chose à la fois… Mais ce livre est venu confirmer mon envie de ralentir et d’être d’avantage à ce que je fais.

Les deux premiers chapitres m’ont semblé un peu rébarbatifs, mais dès le chapitre 3 je me suis prise dans cette lecture. La naissance du mouvement Slow en Italie, ces images qu’il évoque et qui me rappellent ce que j’ai pu vivre là-bas. Cette langueur, ce temps de vivre, cette lenteur qui parfois m’exaspérait, j’ai réalisé à quel point cela avait été riche, combien cela avait été une chance, car les souvenirs sont ancrés en moi avec une telle précision… odeurs, couleurs, sentiments… Lire les expériences italiennes de Carl Honoré m’a permis de  revivre ces jolis moments que j’ai vécu là-bas, et rien que pour ça ce livre valait la peine d’être lu! ^^

Carlo Honoré aborde longuement l’alimentation, le mouvement Slow Food (né en Italie donc, ce qui n’est pas étonnant quand on y pense… la dolce vita…). Je pense que c’est par cet aspect là que je me rapproche le plus de la philosophie de la lenteur, car j’aime cuisiner et prendre le temps de le faire. J’aime aussi choisir de bons produits, faire fonctionner le commerce local, privilégier les aliments non transformés, les animaux élevés dans de bonnes conditions, les légumes non traités par 30 produits avant et après récolte… J’aime cette idée de la Slow Food qui s’oppose aux Fast Food, aux plats tout prêt, au micro-ondes, aux repas pris en 10 minutes…

Il aborde ensuite l’importance du temps libre qu’on ne devrait pas chercher à combler par tous les moyens, il parle de nos emplois du temps surchargés, du monde du travail et de sa perpétuelle course contre le temps. Je suis intimement convaincue que réduire notre rythme de vie, laisser le travail de côté quand on passe la porte de chez soi est bénéfique et peut nous aider à être plus performants au travail. Carl Honoré m’a confirmé dans cette idée. Prendre le temps de lire, de jardiner, d’éteindre la TV, de rêver, de méditer, de lire des histoires à ses enfants… Pour être plus serein, avoir l’esprit reposé, voilà ce qui nous manque trop souvent.

Enfin, son dernier chapitre traite de l’école, du rythme de vie de nos enfants et je le trouve vraiment très juste. Les enfants sont les premiers à souffrir de cette société de vitesse. Ils courent entre l’école, les activités extra scolaires, leurs devoirs… et finalement sont des enfants épuisés, qui ont des troubles du sommeil, des problèmes de concentration… qui n’aiment pas l’école, qui perdent le goût d’apprendre. J’étais déjà convaincue que l’école représentait trop de pression, de compétition, de course à la performance. Son analyse confirme la mienne et vient nourrir la réflexion que je mène autour de la scolarisation (dont je vous parlerai bientôt). Il parle aussi d’école progressive, de la déscolarisation, de l’instruction en famille, sujet qui retient toute mon attention depuis quelques temps. Certes, c’est survolé et incomplet, mais j’ai été agréablement surprise qu’il l’aborde, et en démontre toutes les facettes positives.

“La notion d’école à vitesse lente va contre cette idée que les études consistent à inculquer de force, passer un examen et standardiser le savoir, écrit Maurice Holt. Une approche apaisée de la nourriture permet de découvrir et de développer la notion de connaisseur. (…) Dans le même sens, les écoles du savoir progressif laissent libre cours à l’invention et répondent à un changement culturel, alors que les écoles qui cherchent à rentabiliser le savoir servent toujours les mêmes vieux hamburgers”.

Holt et ses adeptes ne sont pas des extrémistes, ils ne souhaitent pas que leurs enfants étudient moins ou s’amusent toute la journée. Le travail a toute sa place dans une école progressive. Mais au lieu d’être obsédés par les tests, les objectifs et les horaires, les enfants ont la liberté de se passionner pour les études. (p.240-241)

Bref, j’ai vraiment beaucoup apprécié ce livre qui va avoir une place de choix dans ma bibliothèque. Carl Honoré ne prône pas la lenteur absolue, mais il parle de l’importance de trouver le bon tempo, le “Tempo Giusto”. Ralentir permet d’aborder les situations de stress plus sereinement et plus calmement. Ralentir permet aussi de réfléchir mieux et de relancer sa créativité. Ce livre conforme la philosophie de vie sur laquelle je chemine pas à pas.

Je conseille vraiment ce livre à tous, il amorce une vraie réflexion sur notre confort de vie.

Suivez-moi!

Maud

Maman multi-casquettes, un brin écolo et pratiquant l'instruction en famille. Résolument optimiste, j'espère vous transmettre ma bonne humeur et ma douceur!
Pour en savoir plus sur moi c'est par ici !
Maud
Suivez-moi!

Les derniers articles par Maud (tout voir)

7 thoughts on “Eloge de la lenteur, Carl Honoré #lecture

  1. Salut Maman-mammouth 🙂

    Je viens de découvrir ton blog.. Bravo !!

    Cet article est passionné et passionnant et donne envie de prendre plus de temps avec les enfants et aussi juste pour nous. Comme une envie de jouer avec les enfants en retirant notre montre. Ou de plonger dans un voluptueux bain moussant. En-dehors du temps…

    Ca me fait penser à un film que j’ai vu récemment et qui s’appelle “Timeless”. Bon, c’est un blockbuster américain avec Justin Timberlake dedans, mais je trouve que le pitch est intéressant. En gros, l’argent n’existe plus, seul le temps, qui est devenu une monnaie d’échange compte… Enfin voilà, je n’en dis pas plus et je te le conseille, ainsi qu’à tes lecteurs/trices si vous ne l’avez pas vu.

    Pour ma part, que ce soit le livre de Carl Honoré ou ce film, chacun me donne envi de savourer l’instant et de profiter de la vie…

    En attendant, je vais continuer à me régaler sur ton blog !

    Bises,
    Claudia

  2. Un livre que je suis bien tentée de lire… Et je suis totalement d’accord avec toi pour l’école! J’ai été AVSi pendant une année dans une école primaire et j’avais vraiment mal de voir les petits bouts de CP soumis déjà à un tel stress 🙁 Surtout pour ceux un peu en difficulté c’était très dur à vivre.
    Prendre le temps de… C’est pas toujours évident dans notre société de consommation mais c’est indispensable je pense pour se sentir bien!
    Bonne journée à toi
    Et hâte de lire tes articles sur tes réflexions autour de la scolarisation 😉

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.