Je dois avouer que pour Petit Girafon, l’accouchement je n’y avais pas vraiment pensé. Déjà je n’aimais pas être enceinte. J’avais juste envie d’accoucher et puis c’est tout. Je sentais que si mon accouchement n’avait pas été par voie basse j’aurais pu mal le vivre. Mais autrement… j’avais soigneusement évité d’y penser je crois. Ca m’effrayait. Je ne savais pas si je voulais la péridurale ou non… Je n’avais aucune idée de la position dans laquelle je souhaitais accoucher… Je voulais juste que mon bébé sorte. C’est tout. Et cet accouchement, bien que long, je ne l’ai pas mal vécu. Ni bien d’ailleurs. J’ai accouché, du mieux que j’ai pu, avec l’aide dont j’ai eu besoin. Mais clairement je n’étais pas assez préparée, je sais que j’aurais vite pu céder à la panique quand j’ai réalisé que le souffle me manquait, que mon asthme pourrait se déclencher, que je n’avais plus assez d’énergie pour faire sortir seule ce bébé… que j’étais tellement fatiguée…

Alors, même si cet accouchement ne m’a pas laissé un souvenir négatif… Pour ce deuxième enfant, l’accouchement est quelque chose auquel j’ai pensé dès les premiers jours de ma grossesse. Je sais depuis le début que je voudrais accoucher de manière la plus naturelle, la plus physiologique possible. J’aimerais me passer de péridurale, même si je ne m’y ferme pas non plus totalement. Si elle s’avère nécessaire, je l’accepterais sans me formaliser. Mais la douleur ne m’effraie pas. J’ai une bonne résistance à cette dernière, je sais que je suis capable de gérer. Donc j’ai envie de pouvoir éprouver mon corps, de pouvoir mener cet accouchement en fonction de mes ressentis. J’aimerais accoucher debout, vraiment. J’ai le sentiment que c’est ainsi que ça serait le plus simple… en tout cas la gravité serait de mon côté. Mais cela n’est possible que sans péridurale. Voilà pourquoi j’y tiens si je peux, si cela est possible. Je voudrais aussi qu’on me laisse gérer mon souffle lors de la poussée, comme je le sens… non avec un souffle bloqué (comme en “apnée”, ce qu’on m’a demandé pour Petit Girafon et que j’étais incapable de faire correctement) mais avec une expiration maitrisée. Et puis je rêve ensuite de peau à peau, de tétée d’accueil… comme j’avais eu pour mon Girafon… un moment si doux!

Pour tout cela, j’ai donc décidé de bien me préparer. J’ai choisi une sage-femme qui m’accompagnera dans ce désir… qui me proposera une préparation à l’accouchement “sur mesure”. Elle est douce et à l’écoute, cela me change du suivi “médecin” que j’avais eu pour ma première grossesse. D’autant plus qu’à cause de mon diabète gestationnel, à partir du 6e mois je serais suivie par un obstétricien à la maternité et non par une sage-femme comme pour Petit Girafon. Donc cela me rassure d’avoir ma sage-femme à côté sur laquelle me reposer, m’appuyer et exposer mes doutes et mes craintes.

Oui cet accouchement naturel serait ce que je désire… Cependant, loin de moi l’idée de l’idéaliser. Je donnerais tout ce que je peux pour le rendre possible, mais on ne contrôle pas tout. Je sais par exemple que mon diabète gestationnel pourrait provoquer des complications… Il a beau être maitrisé, je ne sais pas de quelle manière cela pourrait éventuellement évoluer… les hormones sont vicieuses parfois ^^ Mais je ne focalise pas là-dessus. J’essaie juste d’envisager ce futur accouchement, avec beaucoup de positivisme 🙂

Et vous? Vous l’avez préparé votre accouchement? Vous l’aviez réfléchi?

Suivez-moi!

Maud

Maman blogueuse pro allaitement, maternage et éducation positive, pratiquant l'instruction en famille. Rédactrice web et traductrice. Résolument optimiste, j'espère vous transmettre ma bonne humeur et ma douceur!
Pour en savoir plus sur moi c'est par ici !
Maud
Suivez-moi!

Les derniers articles par Maud (tout voir)