Dernièrement, avec nos derniers pépins de voiture, il y a une question que l’on m’a posée plusieurs fois : “Comment fais-tu pour rester aussi zen, aussi positive ?”. Je crois que la première raison, c’est que je suis quelqu’un d’optimiste et de positif par nature. Cependant, je dois malgré tout me faire force quand les soucis s’accumulent… et pour masquer mon stress et mon angoisse, je choisis le rire et l’humour. Même si c’est un peu forcé au départ, ça finit toujours par me contaminer et les obstacles me paraissent moins hauts.

Je dirais qu’au-delà de mon tempérament, il y a trois raisons qui font que je relativise assez facilement.

1. Je suis habituée !

Cela fait un peu plus de six ans que je suis avec Papa Girafe et pendant ces six années, nous avons enchaîné les tuiles. Nous n’avons jamais eu beaucoup de répit, au mieux quelques mois pour les meilleures années. Les voitures, c’est notre bête noire et j’ai l’impression que ça le restera tant que nous n’aurons pas les moyens d’acheter une voiture récente avec peu de kilomètres (autant dire que la poisse va nous suivre encore très très très longtemps ^^). En six ans, nous avons eu huit voitures… mais pas par plaisir de changer, non. Seulement, nous sommes mal tombés chaque fois et cela a bien fait fondre nos maigres économies. Par la force des choses, nous avons commencé à vraiment vivre au jour le jour et à moins angoisser face aux problèmes qui nous tombent régulièrement sur le coin du nez. Quand ce ne sont pas les voitures, il y a toujours autre chose (l’orage qui fait cramer un appareil électroménager, des charges de copropriété plus importantes que prévu, un rattrapage de l’électricité, une augmentation de ceci ou de cela…) Nous n’arrivons donc pas vraiment à économiser… et le peu qu’on peut mettre de côté est vite avalé. Je suis finalement habituée aux imprévus et même si ça m’angoisse toujours un peu, je relativise et me dis qu’il y a toujours une solution. D’ailleurs, jusqu’à maintenant, nous en avons trouvé, chaque fois, même s’il fallait manger des pâtes pendant plusieurs semaines 😉

2. Me morfondre ne changerait rien.

Même si c’est clairement embêtant… (je m’en passerais bien de tous ces soucis, on est d’accord), me morfondre n’y changerait rien. Cela ne réparerait pas, comme par magie, ma voiture tombée en panne… cela ne ferait pas non plus tomber des billets du ciel… et cela paierait encore moins nos factures. Alors à quoi bon ? Autant rester positive et continuer de vivre !

3. Je préfère avoir des problèmes d’argent que de santé.

Cela peut paraître un peu simpliste, mais pourtant c’est quelque chose que je me répète souvent. Je préfère vraiment avoir des soucis financiers que des problèmes de santé. Il y a des gens qui ont énormément d’argent, mais leur santé ne leur permet même pas d’en profiter. Alors, je préfère vivre avec peu mais être en bonne santé et surtout que ma famille le soit aussi.

En fin de compte, cela ne m’est pas si difficile de relativiser. J’essaie juste d’adopter une pensée positive… Je n’y arrive pas à tous les coups, mais je suis convaincue d’une chose, c’est qu’être négative me faire du mouron n’améliorera jamais rien 🙂

Suivez-moi!

Maud

Maman blogueuse pro allaitement, maternage et éducation positive, pratiquant l'instruction en famille. Rédactrice web et traductrice. Résolument optimiste, j'espère vous transmettre ma bonne humeur et ma douceur!
Pour en savoir plus sur moi c'est par ici !
Maud
Suivez-moi!

Les derniers articles par Maud (tout voir)