Le cododo c’est fini !

Et oui, je peux enfin le dire, chez nous, ça y est, le cododo est fini pour de bon 🙂 Cela fait un bon mois qu’Elena a décidé de rejoindre son lit, dans sa chambre, et qu’elle ne rejoint le nôtre qu’au petit matin lorsqu’elle se réveille trop tôt. Donc on peut dire que c’est bien la fin du cododo. 😉

Chez nous, le cododo c’est un peu plus de 8 ans de notre histoire de parents. Et oui, cela fait 8 ans que nous dormons avec au moins l’un de nos enfants, et nous ne regrettons absolument pas ce choix 🙂 Je sais que c’est un choix qui donne souvent lieu à des polémiques… Donc si des jugements fourmillent au bout de vos doigts, merci de les garder pour vous. Que j’ai fait le cododo ne vous a sans doute jamais empêché de boire votre café le matin, donc inutile de venir me donner votre avis sur la question 😉 Ma liberté n’a pas entravé la vôtre.

Le cododo n’était pourtant pas une évidence pour moi. Lorsque j’étais enceinte de Tom, je me souviens parfaitement avoir même trouvé cela un peu étrange. Si j’envisageais de faire dormir mon bébé dans ma chambre, dans son berceau… Le faire dormir avec moi ? Jamais de la vie ! Comme quoi, un enfant ça vient bousculer beaucoup de choses. Les premières à m’avoir encouragée à dormir avec mon bébé, ont été les sage-femmes à la maternité. Tom pleurait tant et tant… Elles m’ont expliqué comment dormir avec lui de façon sécuritaire et je ne les en remercierais jamais assez ! De retour à la maison, nous avons bien essayé de le faire dormir dans son joli berceau… quel calvaire ! J’ai pourtant persévéré, pendant cinq longs mois… Je me suis épuisée… Tom était un bébé qui se réveillait toutes les heures environ. Au mieux il se rendormait en 10 mintues au sein, au pire il pleurait continuellement pendant des heures et je devais le bercer en marchant dans la chambre. Evidemment dès que je le posais dans son lit, il se réveillait et le manège reprenait. J’ai TOUT entendu. Que c’était ma faute, que je lui donnais de mauvaises habitudes, que c’était à cause de l’allaitement… que je devais le laisser dans son lit et essayer de le rendormir dedans, le laisser pleurer… Bref, tout le monde avait sa petite remarque et son petit conseil, mais peu de personnes avaient juste la simplicité de me dire « Tu es épuisée, ça doit être vraiment dur. » De juste reconnaître que ce que je vivais était difficile. Bien entendu, il n’y a jamais eu de malveillance de la part des gens, qui voulaient sans doute apporter leur aide. Mais j’ai beaucoup reconsidérer ma manière d’échanger avec les autres suite à mes débuts de maman.

Tom a fait sa première nuit complète à 30 mois. La première du reste de sa vie, si je puis dire ^^  Du jour au lendemain, il est passé de 5 à 10 réveils nocturnes à des nuits de 10h. Toujours allaité. Toujours en cododo. Quand Tom avait 5-6 mois, j’étais vraiment à un cheveux de la dépression profonde. Alors j’ai lâché prise. J’ai changé de médecin, j’ai arrêté de parler de cela aux personnes qui n’étaient pas dans l’écoute et j’ai fait ce qui me semblait le plus adapté pour nous. Ma priorité était de dormir, même un peu. Dormir était une obsession et une question de survie. Oui, le terme est fort, mais sincèrement c’était le plus approprié. Pratiquer le cododo m’a permis de grappiller du sommeil et de ne pas ajouter de la fatigue à l’épuisement. Tom pleurait, je dégainais le sein et hop on se rendormait tous les deux. C’était dur quand même hein, mais moins que lorsque je m’obstinais à me lever pour le bercer, le recoucher dans son berceau pour qu’il se réveille à nouveau en hurlant 6 minutes après. Les pleurs de Tom étaient à me faire devenir folle. Véritablement.

Et puis, je suis tombée enceinte et Tom a commencé à dormir dans son lit, dans notre chambre. Après la naissance d’Elena, il a eu envie de réintégrer un peu notre lit. C’était ok. A 5 ans, lorsque sa chambre a été terminée, il a décidé qu’il y dormirait toujours désormais. Et ce fut le cas. Il n’a plus jamais voulu dormir avec nous. Il était prêt.

Pour Elena, je ne me suis pas posée autant de question. Avec la césarienne, à la maternité, je ne pouvais pas vraiment faire autrement que dormir avec elle. Me redresser pour la remettre dans son lit me faisait souffrir, et la récupérer dans le berceau aussi. Donc je la gardais constamment avec moi. Elle dormait déjà si bien. Et c’est resté. Elle a fait sa première nuit complète à 15 jours de vie, et s’est rarement réveillée plus de 2 fois par nuit. Autant dire un grand changement pour moi par rapport à son frère !

C’était un bébé calme. Elle aussi était allaitée. Elle aussi en cododo. Et ça m’a fait beaucoup de bien, car même si j’étais convaincue que pour Tom, ce n’était pas la faute de mes choix s’il dormait si mal, le doute était installé. Lorsque j’ai constaté qu’en faisant tout pareil avec sa soeur, le résultat était différent, cela m’a retiré un poids énorme. Même si elle dormait bien, nous avons poursuivi le cododo avec Elena. De toute façon elle n’avait pas de chambre prête ^^

Lorsqu’elle a commencé à vouloir dormir dans son lit, dans sa chambre (enfin faite !), Elena avait 4 ans. Mais ça n’a pas été une réussite. Elle qui avait toujours si bien dormi, se réveillait un nombre incalculable de fois. Elle avait peur. Donc on a laissé tomber. Hors de question, pour moi, de devoir me lever X fois par nuit. Et nous avons bien fait d’attendre. Cela fait maintenant un bon mois qu’elle a décidé de dormir dans sa chambre « toutes les nuits », comme elle nous a dit. Elle ne se réveille plus. Enfin… presque plus. Disons qu’il est encore récurrent qu’elle se réveille entre 4 et 6h, et dans ces cas là elle vient terminer sa nuit avec nous. Mais, cela fait un grand changement ! Nous avons retrouvé notre lit, qui nous semble soudain bien grand !

Notre choix a été d’attendre que nos enfants soient prêts à dormir seuls, sans nous. D’autres parents font d’autres choix. Si j’en parle, ce n’est pas pour dire que notre manière de faire est LA meilleure. Non, c’était simplement celle qui nous semblait la plus adaptée pour nous et nos enfants. Nous avons fait comme nous avons pu, du mieux que l’on pouvait, et je l’avoue sans peine, pour moi c’était aussi le choix de la facilité car je n’aurais jamais eu l’énergie ni la discipline pour gérer autrement. Nous ne regrettons rien. Nous avons adoré nous réveiller avec nos enfants, sentir leur souffle, leurs petites mains. Nous avons pesté quand ils dormaient en faisant l’étoile de mer, lorsqu’on se prenait des coups… On s’est marrés comme des ados quand on sortait discrètement du lit pour aller se retrouver dans un coin sans enfant de la maison 🙂 Et oui, parce que cododo ne signifie pas la fin de l’intimité du couple. C’est simplement différent 🙂

C’est une page de notre parentalité qui se tourne. Huit années qui sont passées si vite !

Voilà, chez nous, le cododo c’est bel et bien fini ! 😀

Maud
Suivez-moi!
Les derniers articles par Maud (tout voir)

7 thoughts on “Le cododo c’est fini !

  1. nous cododo, depuis la maternité pour les deux ( 3ans et demi passé et 11 mois actuellement) . j’avais acheté un lit pour ma première qui n’as jamais servie !
    oui parfois on râle et oui il y a quelques inconvénients ( les coup, la place) . mais quel bonheur, on profite pleinement de tout ce temps ensemble en plus. tous le monde câline, plein de moments trop mignons par exemple le frére et la soeur qui se donnent la main en dormant. Je me retrouve dans le coup des ados. ainsi que dans les commentaires /remarque des gens. les même que pour le portage ou l’allaitement longue durée ou la DME ! mes enfants sont du moins j’ai l’impression équilibrés et indépendant. Avoir besoin de contacte et de ces parents ce n’est pas être dépendant, c’est normale ! nous somme des mammifères.

    1. Oui le besoin de contact est normal, et plus ou moins fort selon les enfants 🙂 Je crois que l’important c’est de faire comme on le sent ! Je n’ai jamais regretté le cododo, ni l’allaitement ou le portage et mes enfants sont heureux et épanouis, c’est le principal !
      Pour mon fils j’avais aussi acheté un lit… il n’y a jamais dormi XD

  2. Ici pas de cododo, bébé a détesté dormir dans mon lit à la mater (4 nuits blanches pour nous 2), dans notre chambre à notre retour à la maison (il grognait et criait dans son sommeil, ce qui je l’admet m’empêchait de dormir). Quand on l’a passé dans le couloir (1 mois) puis dans sa chambre (2 mois), il s’est apaisé.
    Le côté moins sympa c’est qu’il n’a jamais accepté de dormir dans nos bras alors que ca nous aurait parfois arrangé et que les nuits de maladies sont très compliqués vu qu’il ne veut pas de notre lit, ni de nos bras…
    J’ai un bébé qui a besoin de son espace. (Mes écharpes n’auront guère servies non plus !)

    Bébé 2 s’annonce et je sais que je ferai tout pour m’adapter à nos besoins à tous. Si ca passe par le cododo pourquoi pas. Ce qui compte c’est de dormir et de se sentir bien.
    C’est ce que je dis aux futures mamans : « Testez et décidez ce qui vous convient !  »

    Par contre, à la lecture de cet article ce me donne l’impression que tu as été la seule à assumer les nuits sans sommeil. Ce n’est pas très juste je trouve. Mais ce n’est qu’un article et j’espère que votre organisation de parents te convenait.

    1. Il n’y a pas de formule magique ni de méthode unique 🙂 Ce qui convient à une famille et à un bébé, ne conviendra pas à d’autres, et c’est parfait ainsi 🙂

  3. Wahou 8 ans de cododo je suis admirative ! Quelle belle aventure…

    Et on sent la complicite que tu as avec ton compagnon… J’adore le passage ou vous sortiez du lit comme deux ados pour vous retrouver à deux… Je n’y suis pas arrivée dans mon couple.

    Tes enfants ont de la chance de t’avoir pour maman

  4. Je réponds je crois au combo couches lavables/allaitement/education non punitive/DME…etc.sauf pour le cododo. J’ai dormi quelques semaines avec mes bébés, dans leur chambre à eux, avant de rejoindre mon lit dès que ça a été possible.

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.