Elle laisse son enfant courir dans les magasins.

Vous l’avez sans doute déjà vue, cette maman-là. Celle qui laisse son enfant courir dans les magasins. Celle que vous avez peut-être déjà regardée d’un air agacé car son enfant ne cesse de bouger et de courir à travers les allées, parce qu’il a une fâcheuse tendance à parler très fort et à toucher à tout. On en a tous croisée.

Mais aujourd’hui, cette maman-là, c’est moi.

Alors, forcément mon regard sur les autres mères a grandement changé. Et pas seulement par rapport à ça. Parce que désormais, je fais partie de ces mamans que moi aussi, j’ai pu regarder de travers. Quand je n’avais pas d’enfant. Avant d’avoir un petit garçon un peu différent. Une petite tornade qui n’entre pas dans les cases.

Oui, mon Girafon, c’est cet enfant qui se planque dans les allées et qui fait la course avec son chariot. C’est celui qui parle trop fort en posant dix questions à la minute et en criant “MAAAMAAAAAN” à l’autre bout du magasin. C’est celui qui ne tient pas en place à la caisse, qu’on attende trente secondes ou dix minutes (et heureusement, on va rarement en supermarché… j’ose à peine imaginer la scène…). C’est aussi celui qui n’a pas de censure et va dire bien fort absolument tout ce qu’il pense… ou peut passer de très longues minutes à remettre des choses à “leur” place… en tout cas à celle que lui, juge être la leur.

Oui, mon enfant c’est celui d’une mère qu’on regarde de travers.

Peut-être parce qu’on se dit qu’elle manque d’autorité, qu’elle devrait être plus stricte, que son enfant est un petit tyran… ou qu’on lui donne trop d’importance comme m’a dit un couple de retraités la semaine dernière. Alors oui, mon enfant peut se montrer tyrannique parfois. Je ne vais pas mentir, notre quotidien n’est pas un long fleuve tranquille. Mais, les gens ne savent pas.

Ils ne savent pas ce que je vis. Il ne savent rien de nous, de notre histoire, de nos tempéraments, de nos difficultés, de notre vie. Pourtant, leurs regards en disent souvent long sur les pensées qui traversent leur esprit. Parce que oui, je pourrais bien passer mon temps à lui courir après et le garder près de moi en lui tenant fermement le bras. Je pourrais le gronder, le punir ou même lui en coller une. Pourtant, je ne le fais pas. Parce que ça ne fait pas partie de mes convictions. Alors je lui parle, j’explique. Et puis parfois je ne dis rien. Pas par laxisme. Seulement car j’en ai marre. De répéter. De le chercher. De répéter encore. De prendre sur moi pour ne pas m’énerver. Parce que j’ai sa petite soeur à gérer, aussi.

Bien sûr, je pourrais faire les courses sans lui. Mais quand? Ca non plus, les gens ne savent pas quelle est notre organisation familiale. Ils ne savent pas que je suis seule avec les enfants de 6h à 19h30, du lundi au samedi. Et pourtant, ils me regardent bizarrement.

Après tout, comment les blâmer? Moi aussi j’ai sûrement plus d’une fois regardé des parents, sans doute dépassés, avec ce regard désapprobateur. Oh oui, je pense que je l’ai fait. Avant d’être mère. Désormais, je sais. Je le sens le poids des regards. Parce que je fais partie de ces parents qui ont un enfant “turbulent”, “agité”… moi je ne le vois qu’un peu différent.

Alors oui, je suis cette maman qui laisse son enfant courir dans les magasins, en gardant le sourire à la caisse pour faire bonne figure et qui affiche une mine désolée quand mon Girafon lance un “au revoir” grognon car il est contrarié.

Et puis, arrivé dans la voiture, je suis cette maman qui monte le son pour faire taire la colère qui gronde en elle, pour ne pas entendre ces pensées qui me blessent et me font me sentir incapable. Je monte le son pour éviter de pleurer.

Dans ma tête c’est toujours la même rengaine. J’y adresse, muette, tous ces mots que j’aimerais dire à ceux qui nous regardent agacés, à ceux qui soufflent ou chuchotent dans notre dos (pensant sans doute que je n’entends pas). Parfois, j’aimerais juste avoir le courage de leur dire :

“Au lieu de nous regarder avec cet air agacé, pourriez-vous m’aider et le distraire le temps que je paye?”

Suivez-moi!

Maud

Maman multi-casquettes, un brin écolo et pratiquant l'instruction en famille. Résolument optimiste, j'espère vous transmettre ma bonne humeur et ma douceur!
Pour en savoir plus sur moi c'est par ici !
Maud
Suivez-moi!

Les derniers articles par Maud (tout voir)

37 thoughts on “Elle laisse son enfant courir dans les magasins.

  1. Je suis cette maman qui distrait les enfants pendant que leurs enfants n’ont pas la patience d’attendre en caisse ou parfois je suis cette caissière qui aide les parents en disant non à leur place car oui les enfants écoutent parfois les adultes qu’ils ne connaissent pas….peut être qu’un jour je distrairais votre girafon avec plaisir

    1. 🙂

      Je tire mon chapeau aux caissières et aux personnels des magasins où nous allons, car nous avons rarement reçu un accueil négatif… Ils ont souvent la patience que je n’ai plus. Et effectivement, parfois mon Girafon écoute d’avantage quand c’est la caissière qui lui explique pourquoi c’est interdit (ou dangereux) de faire ceci ou cela 🙂

      Merci pour votre commentaire!

  2. Je suis aussi cette maman…sauf que j ai 5 enfants et l un d’eux a été diagnostiqué hyperactif… Je te laisse imaginer les commentaires, repproches, conseils educatifs et autres joyeusetés auxquelles nous avons le droit tous les jours… Courage et force maternel !

  3. Je fais parties des mamans qui laissent courir mes enfants dans les magasins parce que faire les courses pour eux, c’est long et pénible… je fais aussi partie des mamans qui laissent faire, parce que oui, on en a ras le bol de toujours répéter… je fais partie des mamans qu’on regarde de travers aussi… mais au final, je m’en fiche… peu importe ce qu’ils pensent, ces gens parfaits qui jugent et chuchotent, a la fin des courses, quand mes enfants me regardent les yeux pleins d’amour :” t’as vu maman, on a été mignon, hein ?” J’oublie les autres… je leur réponds : “oui ! Super mignon” et c’est vrai car ils n’ont rien fait de grave… la vie reprend jusqu’aux prochaines courses…
    D’un petit mot, je suis passée à un roman…
    Tout mon soutien !!! ❤

  4. Oh comme tes mots raisonnent en moi. J’ai 2 tornades à la maison, je ne vais jamais faire les courses avec les é ou alors c’est un en porte bébé et l’autre dans le caddy. Quand je rentre du parc le soir, le petit veut courir partout aussi. C’est épuisant. Et je regarde moi aussi les autres parents bien différemment!! Bon courage!!

  5. Je me retrouve assez dans ce que tu écris, ou plutôt je retrouve Léo…mais pour l’instant j’avoue que je me moque un peu de ce que pensent les gens. J’ai appris à lâcher prise la- dessus depuis que j’ai choisi l’IEF. J’ai appris à vivre en étant juger puisque que nous éduquons Léo sans punition & co.
    Mais je te comprend, parfois je me dis qu’il est bien plus difficile de prendre sur soi, de rester calme que de s’énerver et crier….

  6. Oh mais si, il faut que tu oses demander aux gens et tu verras, leur regard changera radicalement et ton fils risque aussi d’être surpris.
    Une fois ou ma fille était insupportable, une dame est venu lui parler doucement. Elle s’est calmé net!
    Mais c’est vrai que c’est pas facile quand on a l’impression d’être seule contre tous.
    Bon courage

  7. un jour tu arriveras à le dire, un jour tu tomberas sur quelqu’un de sensible qui montrera aux autres comment il peut être simple de t’aider un petit moment, un jour…
    <3

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.