Un sevrage un peu brutal #allaitement

La semaine dernière, je publiais un article qui parlait de ma grossesse conjuguée à l’allaitement de Petit Girafon. En bas de l’article, je vous avais noté que les choses étaient en train de changer… et à juste titre puisque la fin de cet allaitement est arrivée… Je rêvais d’un sevrage plus en douceur, plus naturel, mais j’ai du faire avec les caprices de mon corps…

J’ai eu un début de grossesse comme de nombreuses futures mamans, avec beaucoup de nausées, une fatigue extrême… et puis un matin, je me suis levée et j’ai fait un malaise en allant faire pipi… Quelle angoisse! Mon Girafon tout seul avec moi, porte d’entrée fermée à clé… Et j’étais dans l’impossibilité de me lever pour aller l’ouvrir, pour qu’un voisin puisse venir m’aider… Ca a été très bousculé, j’ai vu une telle agitation autour de moi, mais j’étais dans le flou, enchaînant les pertes de connaissance…

J’ai donc tout naturellement fini par journée aux urgences… Perdant connaissance plus d’une quinzaine de fois en quelques heures… J’ai fait une grosse frayeur à tout le monde, moi y compris. Heureusement, il y a eu plus de peur que de mal et j’ai pu rentrer le soir avec consigne de me reposer absolument. Du coup, ce soir là il m’était juste impossible de donner sa tétée tant voulue à mon Girafon… trop fatiguée… le lendemain, pareil… Il n’a pas fallu plus que ça à mon corps pour cesser de produire du lait. Et puis, je sentais que physiquement j’étais arrivée au bout, je ne pouvais plus.

Donc ce sevrage a été un peu brutal. Pour lui. Pour moi. On n’aura pas eu cette dernière tétée sereine et câline… Petit Girafon me réclame encore parfois… il proteste et râle, est triste… mais je lui explique, encore et encore, je lui fais d’énormes câlins, je le rassure et lui répète combien je l’aime. Il accepte, même si parfois je sens que c’est difficile pour lui.

Je ne regrette rien. Je suis très fière de cet allaitement long, vraiment… De ces 34 mois… Et d’ailleurs je compte bien remettre ça avec le suivant 😉 Je suis juste un peu triste quand je songe que ça s’est stoppé net comme ça. C’est aussi une nouvelle étape, un nouveau grand pas de franchi pour mon Girafon… 10 jours sans téter. Un peu plus grand chaque jour.

Ce sevrage me partage un peu. Je suis d’un côté contente qu’on ait passé cette étape, et puis il me reste encore une pointe de tristesse tout de même. C’est étrange hein? ^^

Enfin, voilà… c’était une nouvelle page tournée que j’avais envie de partager avec vous 🙂

Suivez-moi!

Maud

Maman multi-casquettes, un brin écolo et pratiquant l'instruction en famille. Résolument optimiste, j'espère vous transmettre ma bonne humeur et ma douceur!
Pour en savoir plus sur moi c'est par ici !
Maud
Suivez-moi!

Les derniers articles par Maud (tout voir)

13 thoughts on “Un sevrage un peu brutal #allaitement

  1. Tu n’as rien à regretter, la durée de ton allaitement est déjà plus qu’exemplaire 😉 et devoir gérer une nouvelle grossesse / un co-allaitement doit être plus que difficile niveau “fatigue” (déjà que ce n’est pas de tout repos en “temps normal” …).

  2. Si jamais quand bébé sera ne il sera au sein et que ton bonhomme souhaite tête vous pourrez reprendre ça arrive ou peut être vous faire une qui dira au revoir <3

  3. Une nouvelle étape pour Petit Grand Girafon! Je crois qu’un sevrage non naturel est toujours difficile pour l’enfant… Mais parfois on n’a pas le choix! J’ai ressenti la même chose lorsque j’ai sevré ma grande, difficile de ne pas lui donner ce qui lui apportait tant de réconfort. Mais elle a compris, acceptée, tant qu’il y a encore les bras de maman et les paroles réconfortantes. Pendant toute ma fin de grossesse elle n’a plus réclamée, mais depuis que son frère est né elle réclame de temps à autre à tété! Mais ici je n’ai pas voulu lui redonner, elle donne à son bébé 😉 et quand je lui dit qu’elle aussi a beaucoup tété quand elle était bébé je vois des étoiles dans ses yeux 🙂 Bon courage à Petit Girafon pour cette nouvelle étape de grand!

  4. Cette pointe de tristesse je l’ai eu quand mon second a arrêté de lui même, c’est bizarre, mais même si c’est en mieux pour eux, (et pour nous) c’est triste aussi la fin !
    Bon courage pour tout ça, et repos obligatoire donc !

  5. Pour Paul, j’ai arrêté l’allaitement à ces 15 mois. J’étais enceinte depuis 5 mois d’Anna et j’étais beaucoup trop fatiguée. Et je n’en n’éprouvais plus l’envie. Je pense que c’est mon corps qui commandait cela à ma tête…
    Cela a été brutal.
    Il m’a mordue 3 fois dans une même tétée, à sang… une 3ème fois de trop.
    Je lui ai parlé, lui ai expliqué. Lui ai dit que je l’aimais, et que maintenant on se ferait des calins, + de calins s’il le faut, mais que la tétée c’était fini.

    Pendant quelques temps il a “essayé”.
    Encore maintenant il aime caresser le haut de ma poitrine. Cela le rassure.

    Quand Anna est arrivée, c’était la seule “chose” qui le dérangeait.
    Il voulait regarder, toucher, et enlever “cette tête” de ces seins.

    Puis il a compris, quand on le félicitait d’être grand. Quand on lui disait que maintenant, lui, il pouvait manger d’autres choses etc etc etc

    Anna quant à elle, elle n’a jamais été “autant” aux seins que Paul.
    Moins de tétées de confort, de calins.
    Juste pour manger.

    2 fois elle m’a fait des triples jours sans téter et je pensais que c’était “la fin”…
    Et puis elle reprenait, un petit peu.
    Pour ne finir que par prendre 1 seule tétée la nuit. Mais cette fois-ci c’était une tétée câlin (à peine 5 minutes).
    Avec les 2 j’étais exténuée… + de 3 ans sans une nuit complête, je t’en ai déjà parlé, pour moi c’était trop dur, surtout qu’il n’y avait pas de repos non plus la journée. Paul ne faisant pas de sieste… ou rarement, mais jamais en même temps que sa soeur.

    Alors à 10 mois, j’ai arrêté la tétée de la nuit. Elle n’a même pas pleuré.
    Elle ne réclame jamais…

    Ceci m’a beaucoup étonnée. Mais je t’avoue que je suis moins fatiguée.

    Tu as eu un bel allaitement, sois en fière! très fière.

    1. Mon loulou est plus grand que ton bouchon quand tu étais enceinte de ta puce, du coup je pense qu’il comprend mieux, en tout cas que même si parfois il en est triste, il l’accepte moins difficilement.
      La fatigue je connais aussi… Mais pour autant je suis très fière oui de cet allaitement 🙂

      Merci pour ton commentaire!

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.