Elle laisse son enfant courir dans les magasins.

Vous l’avez sans doute déjà vue, cette maman-là. Celle qui laisse son enfant courir dans les magasins. Celle que vous avez peut-être déjà regardée d’un air agacé car son enfant ne cesse de bouger et de courir à travers les allées, parce qu’il a une fâcheuse tendance à parler très fort et à toucher à tout. On en a tous croisée.

Mais aujourd’hui, cette maman-là, c’est moi.

Alors, forcément mon regard sur les autres mères a grandement changé. Et pas seulement par rapport à ça. Parce que désormais, je fais partie de ces mamans que moi aussi, j’ai pu regarder de travers. Quand je n’avais pas d’enfant. Avant d’avoir un petit garçon un peu différent. Une petite tornade qui n’entre pas dans les cases.

Oui, mon Girafon, c’est cet enfant qui se planque dans les allées et qui fait la course avec son chariot. C’est celui qui parle trop fort en posant dix questions à la minute et en criant “MAAAMAAAAAN” à l’autre bout du magasin. C’est celui qui ne tient pas en place à la caisse, qu’on attende trente secondes ou dix minutes (et heureusement, on va rarement en supermarché… j’ose à peine imaginer la scène…). C’est aussi celui qui n’a pas de censure et va dire bien fort absolument tout ce qu’il pense… ou peut passer de très longues minutes à remettre des choses à “leur” place… en tout cas à celle que lui, juge être la leur.

Oui, mon enfant c’est celui d’une mère qu’on regarde de travers.

Peut-être parce qu’on se dit qu’elle manque d’autorité, qu’elle devrait être plus stricte, que son enfant est un petit tyran… ou qu’on lui donne trop d’importance comme m’a dit un couple de retraités la semaine dernière. Alors oui, mon enfant peut se montrer tyrannique parfois. Je ne vais pas mentir, notre quotidien n’est pas un long fleuve tranquille. Mais, les gens ne savent pas.

Ils ne savent pas ce que je vis. Il ne savent rien de nous, de notre histoire, de nos tempéraments, de nos difficultés, de notre vie. Pourtant, leurs regards en disent souvent long sur les pensées qui traversent leur esprit. Parce que oui, je pourrais bien passer mon temps à lui courir après et le garder près de moi en lui tenant fermement le bras. Je pourrais le gronder, le punir ou même lui en coller une. Pourtant, je ne le fais pas. Parce que ça ne fait pas partie de mes convictions. Alors je lui parle, j’explique. Et puis parfois je ne dis rien. Pas par laxisme. Seulement car j’en ai marre. De répéter. De le chercher. De répéter encore. De prendre sur moi pour ne pas m’énerver. Parce que j’ai sa petite soeur à gérer, aussi.

Bien sûr, je pourrais faire les courses sans lui. Mais quand? Ca non plus, les gens ne savent pas quelle est notre organisation familiale. Ils ne savent pas que je suis seule avec les enfants de 6h à 19h30, du lundi au samedi. Et pourtant, ils me regardent bizarrement.

Après tout, comment les blâmer? Moi aussi j’ai sûrement plus d’une fois regardé des parents, sans doute dépassés, avec ce regard désapprobateur. Oh oui, je pense que je l’ai fait. Avant d’être mère. Désormais, je sais. Je le sens le poids des regards. Parce que je fais partie de ces parents qui ont un enfant “turbulent”, “agité”… moi je ne le vois qu’un peu différent.

Alors oui, je suis cette maman qui laisse son enfant courir dans les magasins, en gardant le sourire à la caisse pour faire bonne figure et qui affiche une mine désolée quand mon Girafon lance un “au revoir” grognon car il est contrarié.

Et puis, arrivé dans la voiture, je suis cette maman qui monte le son pour faire taire la colère qui gronde en elle, pour ne pas entendre ces pensées qui me blessent et me font me sentir incapable. Je monte le son pour éviter de pleurer.

Dans ma tête c’est toujours la même rengaine. J’y adresse, muette, tous ces mots que j’aimerais dire à ceux qui nous regardent agacés, à ceux qui soufflent ou chuchotent dans notre dos (pensant sans doute que je n’entends pas). Parfois, j’aimerais juste avoir le courage de leur dire :

“Au lieu de nous regarder avec cet air agacé, pourriez-vous m’aider et le distraire le temps que je paye?”

Maud
Suivez-moi!
Les derniers articles par Maud (tout voir)

37 thoughts on “Elle laisse son enfant courir dans les magasins.

  1. Dis leur !
    Ici aussi on nous juge car mon grand est turbulent.
    Et si je le tiens fort près de moi, c’est un autre jugement qui arrive.
    Ici aussi parfois j’aimerai dire “au lieu de me dire qu’untel est plus sage.. Qu’il suffit de compter jusqu’à 3… Venez me le garder une aprem pour l’observer et vous verrez que vos belles theories ne s’appliquent pas sur lui”
    Ici aussi j’aimerai souvent me faire toute petite…
    Par contre ici je craque… Je crie…

    Courage à toi! Tu as un petit garçon unique, très curieux et plein de vie.
    Prends le courage de leur dire ce que tu penses.

    Parfois je regarde mon fils, et je me dis, que même si il m’épuise à vouloir tout le temps faire quelque chose de nouveau, à ne vouloir faire que ce qu’il veut, à me poser mille questions par jours, et me les reposer si je n’ai pas apporté une réponse assez complète pour lui… Je me dis que malgré tout, si il n’était pas comme cela, il ne serait “pas lui” et je l’aime ce pti bonhomme. Je ne veux plus laisser les gens le juger, ni moi par la même occasion.

    J’ai tout tenté, rien ne le change… Mais pourquoi le changer lui? Pour qu’il rentre dans un moule? Ils ont qu’à changer de moule 🙂

    Courage…

  2. Merci pour ton témoignage !! C’est déculpabilisant ! Cette maman c’est moi aussi (sans la petite soeur à gérer). J’ai un enfant très moteur, toujours en mouvement. Curieux de tout, il parle non-stop. Il m’épuise rien qu’à le regarder, et il nous sollicite constamment : jouer avec lui, courir avec lui, etc. La maison est en bazar, l’administratif en retard, j’attends le soir quand il est enfin endormi pour me poser et du coup je me couche tard pour profiter et je suis encore plus fatiguée. Mais je l’aime comme il est. Je ne le changerai pour rien au monde. Dehors les gens ne sont pas toujours bienveillants​. Sauf une fois, dans un train, où une femme, me voyant galérer, à proposer à mon fils de lui faire un dessin. Elle m’a donné les 5 min dont j’avais besoin pour retrouver mes esprits
    Des bises à vous et à toutes les mamans

      1. Les enfants Duracel Oui, ce geste était aussi généreux et bienveillant qu’inattendu. Au delà de m’aider sur à le moment, elle m’a aussi donné l’envie de rendre la pareil.
        Bises à toi et à toutes les mamans ❤️

  3. Ah bah la premiere fois que j’ai laissé faire le premier fiston, il a fini exploser contre un etalage la tete en sang direction les urgences, on etait en train de regarder des draps pour son frere qui allait arriver d’ici quelques mois! Alors attention ! Et courage a toi pour tes 2 girafons 🙂 au final le regard des autres -> poubelle

    1. Oui, après je suis vigilante à la sécurité… Un jour il a basculer par-dessus son petit chariot… plus de peur que de mal heureusement, mais il a quand même compris qu’il devait faire attention 😉

  4. rien d’exceptionnel en somme, je ne vois que très peu d’enfants dans les magasins bien sages et dociles (surtout les garçons)! C’est enfantin, dès que l’on fait autre chose que s’occuper d’eux, il font tout pour attirer l’attention 🙂 Moi j essai de le faire participer, ça a le mérite de l’occuper un peu, ça ne dure jamais bien longtemps par contre. Heureusement, je fais les courses dans un tout petit supermarché, ou cela va asssez vite malgrès tout…

    1. En fait oui, quand je lis tous les retours suite à cet article, je réalise que beaucoup de parents sont confrontés à la même chose 🙂
      Nous aussi on privilégie les petites surfaces, ça va plus vite… Jaaaamais je n’irais avec lui dans un hypermarché, je ne suis pas suicidaire ^^

  5. Mais il me semble que tous les enfants réagissent comme ça ?! C’est juste que les vieux ont oublié, ceux qui n’ont pas d’enfants ont des principes qui tiendront jusqu’à ce qu’ils en aient à leur tour ; quant à ceux qui n’en n’ont pas et n’en auront jamais … je crois que c’était eux qu’il faut plaindre finalement 😉

  6. Merci, je pleure parce que je ne suis plus seule, je pleure parce que mercredi après-midi midi encore j’ai entendu ces jugements moi aussi en faisant mes courses. Merci mon mini missile est quelque peu différent des autres enfants lui aussi. Merci pour vos mots sur des maux. Moi aussi j’augmente le son dans la voiture pour ne pas entendre ces mots durs qui se bousculent dans mon cerveau après des heures à gérer au mieux mon mini missile ou échapper à ses pleurs parce que la destination n’est pas celle qu’il veut. Merci d’avoir eu le courage de partager avec nous ce jardin secret.

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.