Et si on allait jusqu’au sevrage naturel ? #SMAM

Du 11 au 18 octobre 2015, c’est la semaine mondiale de l’allaitement maternel. Je me suis dit que c’était l’occasion de reparler d’allaitement, ça faisait longtemps! Comme je le dis souvent, je suis vraiment pro allaitement mais je ne suis absolument pas contre le biberon. En revanche, oui je défends et soutiens l’allaitement maternel de toutes mes tripes et ce que je peux lire régulièrement sur les réseaux sociaux, notamment concernant l’allaitement au-delà de 6 mois, me hérisse le poil. Quand je lis des mots comme “beurk”, “inceste”, “sexuel”, “égoïsme”, “inutile”… (et j’en passe des nettement moins sympathiques) Je me dis que les gens n’ont rien compris, ou alors qu’ils n’y connaissent vraiment rien. Quand on me rétorque qu’on ne peut pas comparer l’allaitement ici avec un allaitement en Afrique ou en Antarctique (en terme de durée), je ne comprends pas pourquoi… Pourquoi dans certains pays l’allaitement long ne choque pas les gens, alors que la même chose ici les choquerait? Quand encore on me parle de “sexualisation de l’enfant” ou de “sein sexuel”… Je me dis que Freud nous a bien embrouillé le cerveau…

Avec Petit Girafon, nous avons passé la barre des deux ans et demi d’allaitement. Je n’imaginais pas forcément aller aussi loin, mais c’est tellement naturel que je ne vois pas pourquoi j’aurais arrêté par “convenance sociale”. Oui, c’est vrai, parfois j’en ai marre qu’il soit greffé au sein, mais au final ces moments là tendent à disparaître petit à petit et ce qu’on vit tous les deux est unique, et je suis convaincue des bienfaits pour lui comme pour moi. Contrairement à ce qu’on peut lire et entendre un peu partout, l’allaitement long ou moins long, ne rend pas les enfants plus ou moins dépendants de leur mère! Petit Girafon est un petit garçon très sociable, il est loin d’être constamment collé dans mes jupes, et peut très bien passé une journée sans moi. Et il ne va pas non plus aller tripoter les seins de la première nana qu’il croise ^^ (d’ailleurs il ne tripote pas non plus les miens, il n’y “touche” que pour téter). Parfois il faut sortir de cette image du corps de la femme = objet sexuel … (C’est très dégradant en plus comme image je trouve…)

Plus le temps passe et moins j’envisage autre chose que le sevrage naturel. Pour moi, cela rentre parfaitement dans la manière dont j’envisage l’autonomisation, à son rythme. Un petit rappel quand même, l’OMS encourage l’allaitement exclusif jusqu’aux 6 mois de l’enfant, et l’allaitement pendant au moins 2 ans… dans tous les pays hein! Quant au sevrage naturel, il intervient entre 2 et 7 ans, l’enfant est programmé pour s’arrêter de lui-même… Et puis non, le lait maternel ne se périme pas après 6 mois ^^ J’ai souvent du mal à comprendre pourquoi un enfant qui tète encore à 2 ou 3 ans choque tant alors qu’on trouvera mignon un enfant du même âge qui boit un bib de lait de vache (à la base prévu pour le veau.. qui entre nous est juste presque 10 fois plus gros qu’un enfant… mais bref, ça n’est pas le débat du jour ^^)

On a une chance incroyable de pouvoir choisir la manière dont on souhaite nourrir son enfant. Dans de nombreux pays, pour des raisons économiques et de santé, les mères n’ont pas ce choix et ont peu d’alternatives si elles sont dans l’incapacité d’allaiter. Si je suis intimement convaincue que le lait maternel est ce qu’il y a de meilleur pour l’enfant, vu qu’il est conçu pour lui, si j’encourage les mamans allaitantes, je n’en respecte pas moins le choix de celles qui n’ont pas envie ou n’ont pas réussi à allaiter. MAIS parfois ça m’agace tellement toutes ces conneries qu’on peut lire sur l’allaitement (genre “je vous conseille de tirer votre lait mais pas de donner le sein”… ah bon? ou.. “allaiter c’est l’enfer, ça fait des enfants terribles et capricieux”… sans parler des propos tenus par certains professionnels de l’enfance… cf. mon ami Rufo ^^)

Les femmes, quel que soit leur choix devraient être correctement informées! Et ne pas choisir car on lui a dit que “si tu n’allaites pas ton enfant sera obèse” ou “si tu allaites ton môme fera jamais ses nuits, tu seras esclave de lui…” Moi je me bats pour le droit à l’information JUSTE, afin que chacune puisse faire un choix en ayant les bonnes clés en main. Enfin je me bats aussi pour le droit d’allaiter en paix… que ce soit 1 mois ou 4 ans, en public ou seulement chez soi. L’opinion change petit à petit concernant l’allaitement maternel, mais il y a encore un long travail d’information à faire… et selon moi de formation des professionnels de santé notamment (je ne parle pas des sages-femmes).

Et chez vous l’allaitement maternel? Vous avez allaité? Quelles ont été vos motivations pour choisir si vous alliez allaiter ou pas?

Allaitement à 18 mois

***

Cette année pour la semaine mondiale de l’allaitement maternel, l’accent est mis sur l’allaitement et la reprise du travail, deux choses qui ne sont pas incompatibles! A cette occasion, cette année encore Badbouille s’associe à l’association Galactée et organise un atelier gratuit sur cette thématique dans sa boutique à Caluire, le samedi 17 octobre de 10h à 12h! N’hésitez pas à vous y inscrire! Le plein de bons conseils pour aborder de manière plus sereine son allaitement avec la reprise du travail! Retrouvez plus d’information sur l’événement facebook et pour vous inscrire c’est à cette adresse : alessandra@badbouille.fr (précisez si vous serez accompagnée, par vos enfants, mari…)

Attention places limitées! Ne trainez pas trop! 😉

Suivez-moi!

Maud

Maman multi-casquettes, un brin écolo et pratiquant l'instruction en famille. Résolument optimiste, j'espère vous transmettre ma bonne humeur et ma douceur!
Pour en savoir plus sur moi c'est par ici !
Maud
Suivez-moi!

Les derniers articles par Maud (tout voir)

16 thoughts on “Et si on allait jusqu’au sevrage naturel ? #SMAM

  1. Mon fils a 13 mois, allaité en théorie matin et soir mais il demande bcp la nuit (4 fois environ). Les proches ne comprennent pas, “quoi ? Tu l’allaites tjs??” “tu vas l’allaiter jusqu’à quel âge ?!”. Il refuse les biberons depuis tout petit, donc j’aimerais arrêter mais je trouve qu’on manque d’informations sur le sevrage et les astuces pour y arriver. Merci pour ton article 🙂

  2. Bonjour,
    J’aime beaucoup votre article mais il y a une phrase qui me fait un peu sauter au plafond : “Quand encore on me parle de « sexualisation de l’enfant » ou de « sein sexuel »… Je me dis que Freud nous a bien embrouillé le cerveau… ”
    Vous voulez rétablir la justesse de l’information (sur l’allaitement, certes, mais tant qu’on y est :p). Quand Freud parle de sexualité (infantile) ou de sexualisation, ce n’est pas à entendre au sens strict du terme en le comparant à une sexualité adulte. En vulgarisant un maximum et en éludant une grosse partie du concept psychanalytique, la “sexualisation” est plus à entendre comme un rapport au plaisir (oral dans le cas présent). Et dans ce cas, on ne peut pas le nier, oui, il y a plaisir pour l’enfant à téter le sein de sa mère, tellement qu’il y retourne, et il a raison ! Mais ce plaisir ce retrouve dans tout acte de succion (tétine, biberon, orteil, oreille du doudou,…).

    Ce n’est donc pas Freud le problème, ni sa théorie, c’est ce que certains psychologues ou psychanalystes ont véhiculés comme autres informations mais surtout, ce que les non avertis ont compris et ont “viralisés”.
    Vous trouverez d’ailleurs d’autres grands noms de la psychanalyse qui évoque ce rapport au sein et le plaisir retiré par l’enfant (et la mère !).

    Toute l’idée est de replacer le concept dans un temps donné, une époque particulière avec des fonctionnements sociaux et des normes bien particuliers. Pour Freud, cela correspond au début du 20e siècle (1900 et quelques). Or l’industrialisation et le recours au biberon est plus tardif. Il est donc plus logique qu’il parle de sein. Mais si on s’en tient à l’idée principale de la théorie, il y a donc bien “sexualisation” dans l’utilisation du biberon aussi (et là encore il y aurait un grooooos débat à tenir 🙂 ).

    Pour aller plus loin, on pourrait même penser que les seules personnes qui s’offusquent du rapport sexuel, incestuel, ou autre joyeusetés en -el, sont justement celles pour qui le plaisir oral fait écho (ou manque) dans leur histoire personnelle (encore un -el !).

    Voilà, désolée pour la parenthèse psycho, c’était un peu long et peut-être un peu compliqué.

    Bonne journée !

    1. 🙂
      C’est vrai j’ai fait un “léger” raccourci! ^^
      Mais effectivement, le souci n’est pas Freud, mais l’interprétation de ses théories… et le fait qu’on appose sur les enfants la sexualisation d’un point de vue d’adulte. Et du coup on se focalise sur le sein, avec cette confusion autour du sein nourricier/sein sexuel… alors qu’au final le plaisir de succion est le même au biberon 😉

      Merci pour ce complément d’information 🙂

  3. Ma fille a 26 mois et c est la fin de notre allaitement 🙁 plus de lait car pas assez de tétées . J ai repris le travail a ces 6 mois , tiré mon lait jusqu a ces 1 an et tétée matin et soir jusqu a récemment. Elle réclame encore mais vu que je n ai presque plus de lait, elle tête et passe a autre chose 2 min après . Je lui explique et elle comprend et du coup réclame un biberon . Mais bon elle se niche encore au creux de mes seins pour les câlins et écoutant de le bruit de mon cœur que tous les bébés allaités connaissent si bien 🙂 une expérience unique qui m a apporté tellement de bonheur , de confiance en moi, et de fierté. Je n ai jamais eu hâte que ça s arrête… Bonne journée et bravo pour cet allaitement réussit , c une chance !

  4. Quel plaisir de lire ton article. Je suis maintenant à 8 mois d’allaitement et je me prépare à recevoir des réflexions. Je suis prête, enfin je crois car à un moment donné je pense que la patience à ses limites.
    Effectivement il faudrait que certains professionnels de l’enfance soient formés car j’ai failli arrêter d’allaiter : ma pédiatre me disait qu’il fallait 4 tétés par jour (comme le biberon) sauf que j’avais de moins en moins de lait, que bébé perdait du poids. Heureusement j’ai appelé la La Leche League France qui à été choquée des 4 tétés par jours car bien sùr l’allaitement ce n’est pas comme les biberons, on ne peut pas augmenter les doses de lait mais la fréquence. J’ai été très en colère et triste.
    bizz, Roselyne du blog J’aime être maman

    1. J’ai eu un médecin qui m’a tenu à peu près le même discours… heureusement en parallèle ma sage femme me disait tout le contraire! ^^
      J’ai changé de médecin du coup 😉
      (elle était aussi contre le cododo, le portage passé 2 mois… bref pas pour moi !)

      Bravo pour ta persévérance, et je te souhaite encore plein de beaux moments lactés 🙂

  5. Fripouille a maintenant 2 ans et demi et il est toujours allaité… Jusqu’à il y a quelques mois encore j’étais “soutenue” par mes proches… Autant maintenant… Ils ne disent plus rien après avoir eu un passage “va falloir arrêter maintenant”, “t’es grand Fripouille, t’as plus besoin de téter”, “mais t’as encore du lait?”, “mais il tete vraiment?”… Bref!
    Je ne me vois pas lui refuser le sein, je ne vois donc pas d’autres solution que de le laisser se sevrer seul…
    Petit à petit malgré tout il tète moins mais aussitôt qu’il est malade ou fatigué c’est d’un grand réconfort pour lui! Et moi j’adore ces moments! 😉

A vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.